Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lutte contre l'exclusion

Pauvreté : une analyse objective de la situation

Publié le 12/10/2018 • Par Isabelle Raynaud • dans : Documents utiles, Dossiers d'actualité, France

pauvrete-difficultes-famille
JackF / AdobeStock
L'Observatoire des inégalités publie son premier rapport sur la pauvreté qui se veut une base neutre pour permettre des discussions sur le fonds, loin des clichés sur "les pauvres".

Cet article fait partie du dossier

Pauvreté : en finir avec la politique de l'autruche

Pour la première foi, l’Observatoire des inégalités publie ce 12 octobre un rapport sur la pauvreté. Son objectif : « proposer un document de référence sur l’état de la pauvreté, rédigé en toute indépendance, afin d’interpeller l’opinion publique la plus large », écrit en avant-propos son président, Noam Leandri.

Entre misérabilisme et dénonciation de l’ « assistanat », l’organisme veut une neutralité constructive. « Il me semble que pouvoir diagnostiquer ce qui se passe dans une société est indispensable si l’on veut mettre en œuvre des politiques adaptées », expliquait ainsi son directeur Louis Maurin, en janvier dernier à la Gazette.

Légère embellie

Pour rédiger ce rapport sur la pauvreté, les chercheurs de l’Observatoire sont donc partis des données de l’Insee et de la Cnaf.

Premier enseignement de ce bilan, mesuré : les auteurs dénombrent 5 millions de pauvres, préférant prendre le seuil de 50% du salaire médian, alors que le seuil à 60% est plus souvent utilisé. « Afficher neuf millions de pauvres – chiffre utilisé par tout le monde en France, c’est le seuil à 60 % du niveau de vie médian – ne veut rien dire : on y rassemble des personnes qui vivent dans la misère et des familles qui vivent avec 2 500 euros par mois avec deux enfants », regrette Louis Maurin.

pauvrete-taux2016

Dans la première partie de l’ouvrage, qui dresse l’état des lieux en France, il est indiqué que « le nombre d’allocataires de minima sociaux n’augmente plus. Pour autant, la pauvreté a progressé depuis les dix dernières années et la misère persiste ».

pauvrete-chiffres-cles

Le nombre d’allocataires du RSA repart à la hausse

Le rapport le note, « la baisse du nombre de ménages allocataires du RSA est stoppée depuis les premiers mois de 2017. Début 2018, on a même assisté à une légère augmentation. »
En cause, selon l’Observatoire, la fin de la baisse du chômage ces derniers mois. « La panne date de début 2017, mais la suppression de très nombreux contrats aidés à l’automne 2017 n’a pas arrangé les choses. Les incertitudes actuelles sur la croissance ne portent pas non plus à l’optimisme », ajoute le rapport.

Situation moins mauvaise qu’ailleurs

« On vit plutôt mieux en France qu’ailleurs, mais l’élitisme social français laisse trop de concitoyens sur le bord de la route, alors que la République leur promet monts et merveilles », rappelle Noam Leandri. La France protège mieux que d’autres pays les personnes les plus pauvres, rappelle également le rapport. « Sans le système de protection sociale, tel qu’il existe et avec tous ses défauts, ce ne serait pas 14 % mais 22 % des Français qui vivraient sous le seuil de pauvreté (à 60 % du niveau de vie médian). »

Avec 14 % de pauvres, la France se situe sous la moyenne de l’Union européenne (17,3 %) et parmi les taux les plus bas avec la Finlande (11,6 %), le Danemark (11,9 %), la Norvège (12,2 %) et les Pays-Bas (12,7 %).

Pauvretés plurielles

Mais derrière le chiffre se cache des réalités très différentes : mères célibataires, personnes âgées, jeunes décrocheurs ou immigrés ne font pas face aux mêmes difficultés. « Il n’existe pas une, mais des pauvretés », écrit Louis Maurin. Il faut donc des « politiques différentes », adaptées aux publics. Le directeur de l’Observatoire recommande de :

  • simplifier les procédures pour les personnes pour lutter ainsi contre le non-recours ;
  • assurer « un revenu minimum à tous les jeunes de 18 à 25 ans » qui sont pour l’heure exclus du RSA ;
  • « renforcer le soutien à ceux qui n’ont que très peu d’espoir de voir leur situation s’améliorer », notamment les personnes âgées et les personnes handicapées ;
  • mieux soutenir les familles monoparentales.

Concernant le soutien aux personnes âgées et personnes handicapées, Louis Maurin note que les annonces de revalorisation de l’ASPA (ex-minimum vieillesse) et de l’AAH « vont dans le bon sens ». Ces allocations, qui étaient de 820 euros mensuels, doivent progressivement atteindre 900 euros d’ici 2022.

Pas de reproduction mécanique

Alors que la ministre des Solidarités Agnès Buzyn avait mis en avant la volonté du gouvernement de « rompre la reproduction de la pauvreté » lors de la présentation de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, l’Observatoire des inégalités affirme qu’il n’existe pas de « reproduction mécanique entre parents et enfants. La pauvreté n’est pas une maladie héréditaire ».

« Quatre années après être devenues pauvres, 80 % des personnes ne le sont plus : la pauvreté n’est pas une trappe dans laquelle on tombe et dont on ne s’échappe pas », peut-on lire. Mais les 20 % restant ne doivent pas être oubliés car « une partie de la population reste durablement marquée ».

Pourtant sur ce point-là aussi, la France est une des bonnes élèves de l’Union européenne. En 2015 en France, 2,4 % de la population était pauvre et l’avait été au moins deux années au cours des trois années précédentes. Seules la Norvège, la Finlande et le Danemark font mieux.

Recommandations

Si la partie principale du rapport est un portrait-robot le plus objectif possible de la pauvreté, Louis Maurin s’emploie dans une « opinion » à donner ses conseils pour réduire la misère en France. La priorité, à ses yeux, c’est l’école, et pas simplement en dédoublant certaines classes : « La majorité fait semblant d’apporter une réponse avec un dédoublement des classes de CP puis de CE1 dans les quartiers prioritaires : cette mesure ne concerne qu’un dixième des classes, soit seulement un quart de la population pauvre ! »
Pour lui, il faut aller beaucoup plus loin en « quittant l’élitisme social, défendu par des personnes qui se classent tant à droite qu’à gauche, pour passer à un système qui s’attache à ne perdre personne en route ».

Mais surtout, pour sortir les pauvres de leur condition, il faut des emplois disponibles. Si le chercheur approuve la refonte de la formation professionnelle engagée – « domaine dans lequel la France accuse un grand retard » – il prévient qu’elle pourrait ne pas être suffisante : « être formé ne sert à rien si les postes de travail n’existent pas ».

« On n’améliorera pas la situation des plus démunis sans une progression du niveau global de l’emploi. Pour cela, il faut un rythme plus soutenu de croissance de l’activité économique. Près de deux décennies de baisses d’impôts et de charges sociales (sauf la parenthèse 2011-2012) n’ont abouti qu’à grossir l’épargne des plus aisés et à déprimer l’activité. »

Références

Rapport sur la pauvreté en France, première édition. Observatoire des inégalités et Compas, éd. Observatoire des inégalités, octobre 2018. En téléchargement libre sous forme électronique et en vente sous forme imprimée sur www.inegalites.fr à partir du 12 octobre au prix de 10 euros.

Cet article fait partie du Dossier

Pauvreté : en finir avec la politique de l'autruche

Sommaire du dossier

  1. Pauvreté : en finir avec la politique de l’autruche
  2. Des pauvres de plus en plus pauvres, et des riches de plus en plus riches
  3. Niveaux de vie : comment se situe ma commune ?
  4. Pauvreté : une analyse objective de la situation
  5. Ces quartiers où plus de la moitié de la population est pauvre
  6. Les inégalités de la France d’en haut et de la France d’en bas, dans les communes de plus de 20 000 habitants
  7. Pauvreté et inégalités : état des lieux dans les villes de plus de 20 000 habitants
  8. Combien de pauvres dans les 100 plus grandes villes ?
  9. Pauvreté et types de ménages : une typologie des intercommunalités
  10. Les pauvres seraient-ils encore plus pauvres dans les villes riches ?
  11. Inégalités territoriales : mieux se situer pour affiner ses politiques sociales
  12. Les taux de pauvreté des 100 plus grandes communes de France
  13. La pauvreté dans les arrondissements de Paris, Lyon et Marseille
  14. Connaître les pauvres en France : typologies
  15. « La pauvreté ne se limite pas à la périphérie des villes ! » – Louis Maurin
  16. Où vivent les pauvres ? L’Insee infirme définitivement la thèse de la France périphérique
  17. « La lutte contre la pauvreté passe par des ajustements locaux » – François Chérèque, inspecteur général des Affaires sociales, président de l’Agence du service civique
  18. Inégalités : quels enseignements tirer du classement des communes ?
  19. Villes, périurbain, rural : quels sont les territoires les moins favorisés ?
  20. « La mesure la plus fine possible de la pauvreté est fondamentale » – Daniel Zielinski, Unccas
  21. Pauvreté : les acteurs locaux expriment leurs besoins en matière d’observation sociale
  22. ATD Quart Monde se félicite de l’abandon du « taux de pauvreté ancré dans le temps »
  23. Comment les villes observent la pauvreté de leur territoire
  24. Journée mondiale du refus de la misère : lutter contre les discriminations fondées sur la précarité sociale

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pauvreté : une analyse objective de la situation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement