logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/585354/qui-sont-ces-jeunes-participants-aux-concours-de-la-fpt/

FONCTION PUBLIQUE
Qui sont ces jeunes participants aux concours de la FPT ?
Claire Boulland | Actu Emploi | France | Toute l'actu RH | Publié le 08/10/2018

Dans son projet de rapport sur l'état annuel de la fonction publique à paraître fin 2018, et que la Gazette a pu consulter, la Direction générale de l'administration de la fonction publique (DGAFP) consacre un dossier sur les jeunes concourants à la fonction publique.

concours4

« Un jeune sur dix ayant terminé ses études en 2013 a candidaté à au moins un concours de fonctionnaire. Pourquoi, à l’inverse, 90 % de ceux de la même génération n’ont-ils pas tenté de concours ? », s’interroge la Direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP).

Pour répondre à cette question, elle consacre un dossier à ce sujet dans son projet de rapport annuel sur l’état de la fonction publique qui doit être publié en fin d’année et que la Gazette des communes a pu consulter (1) [1]).

La DGFAP révèle ainsi que 10,5 % des jeunes ayant quitté pour la première fois le système éducatif au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2012-2013 ont déclaré, trois ans plus tard, avoir déjà participé à au moins un concours permettant de devenir fonctionnaire. La fonction publique d’État draine le plus grand nombre de jeunes (6,5 %), surtout pour les postes d’enseignants (2,9 %). Suivent en proportions quasi-égales les deux autres versants de la fonction publique : 2,5 %  pour la fonction publique hospitalière (FPH) et 2,2 % pour la fonction publique territoriale (FPT).

Répartition des jeunes ayant participé à au moins un concours de la fonction publique au plus tard 3 ans après la fin de leurs études selon les versants et catégories hiérarchiques des concours présentés. [2]

Répartition des jeunes ayant participé à au moins un concours de la fonction publique au plus tard 3 ans après la fin de leurs études selon les versants et catégories hiérarchiques des concours présentés.

Profils type

Ces jeunes candidats sont plutôt originaires de « villes centre », d’aires urbaines de taille moyenne et d’outre-mer.

Autre enseignement : ceux dont les deux parents sont immigrés, ou bien seulement leur père, sont ceux qui se présentent le moins aux concours (participation inférieure de 3 points à la moyenne). C’est l’inverse qui s’observe pour ceux dont les parents sont les plus diplômés, notamment si le couple parental a au moins le niveau Bac+2 à Bac+4 (13,2 %) ou bien s’ils sont tous les deux cadres (15,2 %).

Également, les concourants pour rejoindre la FPT  sont davantage diplômés de niveau CAP-BEP que pour la FPE (11 % contre 5 %) et de niveau bac+2 à bac+4 (32 %, contre 26 %).

Présentation à un seul concours dans la FPT

La plupart des jeunes qui candidatent pour devenir fonctionnaire dans la FPT ne se présentent qu’à un seul concours.  C’est le cas de 87 % d’entre eux contre 66 % dans la FPE et un peu plus de la moitié dans la FPH.

La DGAFP explique cela « par la relativement faible sélectivité (définie par le rapport entre le nombre de candidats présents et le nombre de candidats admis) des concours de catégorie C de la FPT qui offrent le plus de postes dans ce versant ». En effet, entre 2011 et 2016, pour cette catégorie hiérarchique, la sélectivité oscille entre 6 et 10 candidats présents pour un recruté alors que dans la FPE, elle est comprise entre 15 et 23. « Ainsi les candidats ont davantage de chances d’être lauréats dans la FPT et donc de ne pas avoir à repasser un concours auquel ils auraient échoué », analyse la DGAFP. « De plus, le nombre de concours ouverts est plus important dans la FPE que dans la FPT ce qui peut expliquer que les candidats en présentent davantage. »

Enfin, remarque encourageante de la DGAFP : « Quel que soit le versant, le fait d’être utile à la société dans le cadre de son travail [est très souvent jugé ‘très important’] par les candidats aux concours (38 %) » .

POUR ALLER PLUS LOIN