Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

Qui sont ces jeunes participants aux concours de la FPT ?

Publié le 08/10/2018 • Par Claire Boulland • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

concours4
Comfreak- Pixabay -CC by S.A 2.0
Dans son projet de rapport sur l'état annuel de la fonction publique à paraître fin 2018, et que la Gazette a pu consulter, la Direction générale de l'administration de la fonction publique (DGAFP) consacre un dossier sur les jeunes concourants à la fonction publique.

« Un jeune sur dix ayant terminé ses études en 2013 a candidaté à au moins un concours de fonctionnaire. Pourquoi, à l’inverse, 90 % de ceux de la même génération n’ont-ils pas tenté de concours ? », s’interroge la Direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP).

Pour répondre à cette question, elle consacre un dossier à ce sujet dans son projet de rapport annuel sur l’état de la fonction publique qui doit être publié en fin d’année et que la Gazette des communes a pu consulter (1)).

La DGFAP révèle ainsi que 10,5 % des jeunes ayant quitté pour la première fois le système éducatif au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2012-2013 ont déclaré, trois ans plus tard, avoir déjà participé à au moins un concours permettant de devenir fonctionnaire. La fonction publique d’État draine le plus grand nombre de jeunes (6,5 %), surtout pour les postes d’enseignants (2,9 %). Suivent en proportions quasi-égales les deux autres versants de la fonction publique : 2,5 %  pour la fonction publique hospitalière (FPH) et 2,2 % pour la fonction publique territoriale (FPT).

Répartition des jeunes ayant participé à au moins un concours de la fonction publique au plus tard 3 ans après la fin de leurs études selon les versants et catégories hiérarchiques des concours présentés.

Répartition des jeunes ayant participé à au moins un concours de la fonction publique au plus tard 3 ans après la fin de leurs études selon les versants et catégories hiérarchiques des concours présentés.

Profils type

Ces jeunes candidats sont plutôt originaires de « villes centre », d’aires urbaines de taille moyenne et d’outre-mer.

Autre enseignement : ceux dont les deux parents sont immigrés, ou bien seulement leur père, sont ceux qui se présentent le moins aux concours (participation inférieure de 3 points à la moyenne). C’est l’inverse qui s’observe pour ceux dont les parents sont les plus diplômés, notamment si le couple parental a au moins le niveau Bac+2 à Bac+4 (13,2 %) ou bien s’ils sont tous les deux cadres (15,2 %).

Également, les concourants pour rejoindre la FPT  sont davantage diplômés de niveau CAP-BEP que pour la FPE (11 % contre 5 %) et de niveau bac+2 à bac+4 (32 %, contre 26 %).

Présentation à un seul concours dans la FPT

La plupart des jeunes qui candidatent pour devenir fonctionnaire dans la FPT ne se présentent qu’à un seul concours.  C’est le cas de 87 % d’entre eux contre 66 % dans la FPE et un peu plus de la moitié dans la FPH.

La DGAFP explique cela « par la relativement faible sélectivité (définie par le rapport entre le nombre de candidats présents et le nombre de candidats admis) des concours de catégorie C de la FPT qui offrent le plus de postes dans ce versant ». En effet, entre 2011 et 2016, pour cette catégorie hiérarchique, la sélectivité oscille entre 6 et 10 candidats présents pour un recruté alors que dans la FPE, elle est comprise entre 15 et 23. « Ainsi les candidats ont davantage de chances d’être lauréats dans la FPT et donc de ne pas avoir à repasser un concours auquel ils auraient échoué », analyse la DGAFP. « De plus, le nombre de concours ouverts est plus important dans la FPE que dans la FPT ce qui peut expliquer que les candidats en présentent davantage. »

Enfin, remarque encourageante de la DGAFP : « Quel que soit le versant, le fait d’être utile à la société dans le cadre de son travail [est très souvent jugé ‘très important’] par les candidats aux concours (38 %) » .

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 La DGAFP se base sur les données du Céreq qui a interrogé d’avril à juillet 2016 un échantillon national de jeunes sortis pour la première fois du système éducatif au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2012-2013.Son objectif : étudier l’accès à l’emploi des jeunes et leur trajectoire professionnelle, en fonction de la formation initiale suivie et d’autres caractéristiques individuelles (sexe, origines socioculturelles, etc. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Qui sont ces jeunes participants aux concours de la FPT ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement