Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par Cegid

Chorus Pro : il est temps pour les collectivités de faire du portail un levier de performance

Publié le 22/10/2018 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

GazetteCommune_585636_640x360_1018
D.R.
L’arrivée de Chorus Pro a été un tournant important pour de nombreuses collectivités. Mais l’accélération soutenue du nombre de flux échangés jusqu’en 2020 fait qu’il devient urgent pour les collectivités de capitaliser au maximum sur le portail au quotidien.

Voilà plus de 18 mois maintenant que les collectivités utilisent le portail Chorus Pro pour l’échange des factures dématérialisées entre les organismes publics et les acteurs privés. Cette révolution en matière de modernisation reste toujours d’actualité de par sa progressivité. Notamment dans les échanges avec le secteur privé, car son périmètre continue de s’étendre comme prévu. Depuis le 1er janvier 2018, il concerne toutes les entreprises de plus de 250 salariés et au 1er janvier 2019, toutes les TPE et PME de plus de 10 collaborateurs devront également s’y plier. Enfin, toutes les entreprises seront finalement concernées sans exception dès 2020.

Le but avoué de Chorus Pro est de simplifier et de moderniser la facturation pour le secteur public et ses fournisseurs. Il s’agit également de réaliser des économies et de fluidifier les échanges. Un premier bilan de cette réforme majeure permet de montrer que la balle est aujourd’hui surtout dans le camp des collectivités pour faire du portail un véritable levier de performance et révolutionner leurs flux financiers.

Des millions de factures dématérialisées

On rappellera que le portail a atteint le chiffre emblématique des deux millions de factures dématérialisées… à peine quatre mois après son lancement au 1er janvier 2017. Depuis, la progression a été constante, avec une intensification du rythme des transmissions à la plateforme d’échanges. Maintenant que plusieurs mois ont passé, il est un peu plus facile de s’imaginer les tonnes de papiers ainsi économisées pour protéger l’environnement… mais aussi d’estimer le temps gagné sur les délais de paiement, la fluidification des échanges avec le secteur privé et les gains de fiabilité amenés par la sécurisation des échanges. L’exercice n’est pas très compliqué : faites un rapide calcul du gain pour une ou dix factures et multipliez-le par 100 millions, à l’échelle de la France.

D’ici 2020 en effet, toutes les factures entre les administrations publiques et leurs fournisseurs seront dématérialisées. Cela fixe à cette date un cap à 100 millions de factures par an, dont 150 000, pour les seuls acteurs publics. De tels chiffres forcent le respect. Cette réforme et le changement structurel qu’elle implique doivent ainsi permettre à l’État d’économiser jusqu’à 700 millions d’euros par an. Non pas en coût de transmission, mais principalement en temps gagné. Et ce montant n’inclut pas ces équivalences de temps gagnés par les autres parties prenantes.

Le plus important est encore à venir

Pour les collectivités, les nombreux gains ainsi permis – parmi lesquels une visibilité bien plus fine sur la trésorerie – ont pu paraître se diluer jusqu’ici au milieu des impératifs du quotidien et des différents chantiers de transformation. Cela ne veut pas dire que ces gains n’existent pas. Mieux : une nouvelle accélération va avoir lieu alors que nous approchons du tournant 2019. Depuis le 1er janvier 2018, c’est environ 4 700 entreprises de taille intermédiaire qui ont été incluses dans la dynamique par l’obligation de mise en conformité. Mais dans quelques semaines, ce sont plus de 150 000 entreprises supplémentaires qui vont rejoindre la danse dans ce changement majeur de fonctionnement. Chorus Pro devenant du même coup la normalité pour tous, il n’est plus possible pour les collectivités de se contenter de suivre le mouvement : l’important est maintenant de structurer sa stratégie de dématérialisation et de capitaliser sur les avantages des transformations déjà réalisées à l’époque pour le 1er janvier 2017.

Contenu proposé par Cegid

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement