Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Protection de l’enfance

Le numéro vert de l’enfance en danger tiré d’affaires

Publié le 05/10/2018 • Par Michèle Foin • dans : Actu prévention sécurité, France

enfance_triste
Phovoir
Après le tollé provoqué par l’annonce de coupes budgétaires, Agnès Buzyn a finalement renoncé à réduire le budget du numéro d’urgence, « 119-Allô enfance en danger », qui restera accessible 24h/24 et 7j/7 en 2019.

Le 119, le numéro gratuit « Allô enfance en danger », l’une des activités du Groupement d’intérêt public Enfance en danger (GIPED), a failli cesser sa permanence de nuit pour apurer le déficit de 450 000 euros du GIPED. En cause, les coupes budgétaires de l’Etat.

Mais devant le tollé provoqué par des économies faites sur le dos de l’enfance en danger, Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidarités, a décidé de rehausser ce budget.

En septembre 2018, la direction générale de la cohésion sociale avait en effet décidé d’affecter au groupement le même budget qu’en 2018. Ce dernier, amputé de 7%, ne suffisait déjà pas à financer l’activité du GIPED. Et si les services ont pu être maintenus en 2018, c’est grâce à une importance trésorerie, inexistante aujourd’hui.

De nombreux départements se sont dits choqués par une telle décision, d’autant qu’aucune raison ne justifiait de remettre en cause un service que tous plébiscitent, et qui est indispensable à la transmission des informations préoccupantes.

Dans un courrier adressé la semaine dernière à Michèle Berthy, présidente du Giped, Agnès Buzyn a donc annoncé revenir à la dotation budgétaire de 2017 pour l’année prochaine, plus importante de 7%. « Ce retour permet au GIPED de poursuivre ses missions d’écoute, de transmission, de recherche et de mise à disposition de données chiffrées pour la protection de l’enfance », s’est réjouie dans un communiqué l’intersyndicale CGT-SUD-CFDT du GIPED.

Le courrier de la Ministre annonce en revanche la mise en place d’une mission d’appui de l’Etat afin d’améliorer « l’organisation et l’efficience » du service. Une nouvelle que les salariés ont accueillie avec suspicion. « Nous resterons particulièrement vigilants quant à cela mais également pour les années à venir, afin que le GIPED ne subisse plus de coupes budgétaires et que nos conditions de travail ne soient plus remises en question », préviennent-ils.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le numéro vert de l’enfance en danger tiré d’affaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement