Alimentation

Restauration scolaire : les jours du plastique sont comptés

Par • Club : Club Techni.Cités, Club Santé Social

P. Gisselbrecht / Ville de Metz

Le vote de la loi agriculture et alimentation mardi 2 octobre entérine l’interdiction dans les cantines scolaires des contenants en plastique susceptibles d’être chauffés. Si l’échéance est lointaine, mieux vaut anticiper, notamment en profitant du renouvellement des marchés de restauration.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Cantines scolaires : une question de (bon) goût

Chaque loi a ses rendez-vous manqués et ses mesures passées sous silence. Et le texte sur l’agriculture et l’alimentation voté définitivement à l’Assemblée nationale mardi 2 octobre ne fait pas exception. Si la non interdiction du glyphosate a pris toute la lumière, les parlementaires ont entre autre beaucoup discuté du sort qu’il fallait réserver aux contenants alimentaires en plastique dans les crèches et les cantines. Ils ont finalement pris plusieurs décisions importantes parmi lesquelles la fin de l’utilisation des produits « de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique ».

L’échéance 2025

Au-delà du fait qu’il s’agit de produits jetables incompatibles avec une politique d’économie circulaire digne de ce nom, ces contenants transmettent aux aliments des perturbateurs endocriniens qui ont de multiples effets sur la santé, en particulier sur la fertilité. Difficile par exemple de justifier un quelconque intérêt pour les aliments d’origine biologique sans traiter au préalable des questions comme celle-ci.

« Les collectivités qui ont d’ores et déjà fait le choix de revenir à des matériaux inertes et durables le disent : il n’y a pas de coût supplémentaire ou, du moins, celui-ci est amorti très rapidement », rassurait la députée Laurianne Rossi au moment de défendre l’amendement voté in extremis lors de la dernière lecture du texte mi-septembre. Malgré de nombreux débats, il a finalement recueilli l’ensemble des suffrages des députés présents. Les plus sceptiques ont été rassurés en particulier par le délai proposé. Les cantines scolaires ont jusqu’au 1er janvier 2025 pour se conformer à l’obligation. Les collectivités de moins de 2 000 habitants ont elles trois ans de plus.

Faut-il en conclure qu’il est urgent d’attendre ? Pas sûr. « Si l’on songe un instant au nombre d’écoliers qui continueront à manger du plastique d’ici 2025, on est en droit d’estimer qu’il s’agit d’une date un peu lointaine. En réalité, les collectifs « Cantine sans plastique » vont se multiplier, ce qui exercera sur les collectivités territoriales une pression les incitant à accélérer », estime la députée Delphine Batho.

D’autres plastiques appelés à disparaître

Pas sûr en outre qu’il faille temporiser jusqu’à ce que des parents d’élèves se mettent en colère. Quand le service de restauration est délégué, l’échéance d’un marché est en particulier « une bonne occasion de muscler notre cahier des charges », témoigne le maire de Montrouge Étienne Lengereau. La commune est passée à la rentrée 2018 à des contenants en cellulose et teste le retour aux plats en inox. Ceux-ci nécessitent des fours adaptés et ajoutent une problématique de nettoyage, mais ils seraient plus cohérents avec une démarche de prévention de production de déchets.

L’abandon de ces contenants devra être suivi d’autres pas car la loi votée le 2 octobre prévoit aussi la fin dans la restauration scolaire des bouteilles d’eau plate en plastique d’ici le 1er janvier 2020. Elle intègre par ailleurs une disposition qui dépasse largement le cadre des cantines, mais qui les impacteront : l’interdiction (à la surprise générale le jour du vote) à la même échéance des « pailles, couverts, piques à steak, couvercles à verre jetable, plateaux repas, pots à glace, saladiers, boîtes et bâtonnets mélangeurs pour boissons » en plastique et à usage unique. Du moins s’ils ne sont ni compostables et agrosourcés.

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Réseaux de chaleur : l’heure de la revanche

    Bien que boudés par le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, les réseaux de chauffage confirment, avec la crise, le caractère résilient de leur modèle de développement. Les trois enjeux ont été rappelés lors du dernier congrès de la ...

  • L’Autorité de régulation des transports passe en revue les données de mobilité

    Trois ans après l’obligation d’ouverture des données de mobilité, l’Autorité de régulation des transports débute sa première campagne de contrôle. Les inspections visent les données des transports en commun et se dérouleront jusqu’à la fin de ...

  • L’Île-de-France soutient des campus plus durables

    La région Île-de-France publie son nouveau guide sur l’aménagement et la construction durable des campus qui écoconditionne ses aides. Les cibles environnementales et leur suivi sont élargis ainsi que l’intégration territoriale des projets. ...

  • La construction bois s’impose dans le paysage

    Longtemps cantonné à quelques bâtiments témoins, le bois s’est imposé dans le paysage. Il a besoin de politiques volontaristes pour franchir un nouveau cap. Si la construction de bâtiments publics en bois peut créer des émules localement, la collectivité ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP