Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Voirie

Que faire quand la voie publique est dégradée par des racines d’arbres ?

Publié le 04/10/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

Réponse du ministère de l’Intérieur : Les différentes obligations en matière de plantations, à la charge des propriétaires privés riverains des voies communales, ont notamment pour objet de préserver leur intégrité. Dans l’hypothèse où le développement des racines d’arbres anciens plantés sur une propriété privée riveraine causerait un dommage à une voie communale, le maire peut tout d’abord, dans le cadre de ses pouvoirs de police prévus à l’article L. 2212-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT), imposer aux propriétaires desdites plantations leur élagage. Le cas échéant, le maire peut faire usage du pouvoir d’exécution d’office qui lui est accordé par l’article L. 2212-2-2 du CGCT. Dans ce cas, le maire doit préalablement procéder à une mise en demeure du propriétaire, et après que celle-ci soit restée sans résultat, il peut faire effectuer d’office les travaux d’élagage.

En application de cet article, les frais d’élagage sont mis à la charge du propriétaire concerné. L’abattage des arbres en cause pourrait en outre être prescrit au titre de l’article L. 2212-4 du CGCT ; cette disposition ne peut toutefois être qu’utilisée en cas de danger grave et imminent.

Par ailleurs, le maire peut mettre en œuvre les dispositions du 5° de l’article R. 116-2 du code de la voirie routière, lequel dispose que « seront punis d’amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe ceux qui : (…) 5° En l’absence d’autorisation, auront établi ou laissé croître des arbres ou haies à moins de deux mètres de la limite du domaine public routier ». Le cas échéant, il appartient au maire de dresser le procès-verbal de la contravention ainsi constatée et de le transmettre à la juridiction judiciaire, compétente pour la répression des infractions à la police de la conservation du domaine public routier, conformément à l’article L. 116-1 du code de la voirie routière.

S’agissant du dommage éventuellement causé à la voie communale, la commune est fondée à en demander réparation au propriétaire de l’arbre qui en est à l’origine sur la base des articles 1240 à 1242 du code civil.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Que faire quand la voie publique est dégradée par des racines d’arbres ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Jacques

05/10/2018 09h45

Merci pour cet article qui m’a appris que l’élagage s’applique non seulement aux branches mais également aux racines.
Cycliste au quotidien, j’ai également apprécié le « peut » cher à nos législateurs.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement