Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Parité

40% des postes de direction de la fonction publique devraient échoir aux femmes

Publié le 07/03/2011 • Par avec l'AFP Agathe Vovard Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, A la une emploi, Actu Emploi, France

L'Etat devrait réserver 40% des postes de direction aux femmes dans la fonction publique, préconise la députée UMP Françoise Guégot dans un rapport remis lundi 7 mars 2011 à l'Elysée à la veille de la journée des femmes. Les administrateurs territoriaux formulent également des propositions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Mme Guégot se prononce en faveur d’une loi pour contraindre l’Etat à « montrer l’exemple ».

« On a une fonction publique qui est très féminisée, avec près de 60% de femmes, et comme dans le privé, parfois même de façon encore plus flagrante, on se retrouve sur les postes de direction avec une très forte minorité de femmes », a expliqué l’élue de Seine-Maritime à l’AFP en présentant les grandes lignes de son rapport.

Les femmes sont en effet largement sous-représentées dans les emplois de direction: 20,3% dans la fonction publique d’Etat, 18% dans la territoriale et 40,2% dans les hôpitaux.

Indicateurs clairs pour une évaluation annuelle
Jugeant « logique que l’Etat montre l’exemple », Mme Guégot souhaite imposer des « indicateurs clairs », pour une « évaluation annuelle », permettant de finaliser un objectif « en gros de 40% de femmes à peu près partout pour les cadres supérieurs, la direction, les emplois nommés en conseil des ministres, avec un calendrier qui va s’étaler dans le temps ».

L’objectif devra être atteint par étapes successives d’ici 2017, comme dans la loi Copé-Zimmermann, adoptée en janvier, imposant progressivement 40% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises d’ici 2017.

Un texte associé à celui sur la précarité ?
Le secrétaire d’Etat à la Fonction publique Georges Tron est favorable à cet objectif de 40%. Dans une interview au Monde daté de mardi 8 mars, il se dit « convaincu qu’il faut entrer dans une logique de sanction si l’on veut sortir du domaine incantatoire » en ce domaine.
Le secrétaire d’Etat indique que des dispositions législatives pourraient être associées au projet de loi issu des négociations sur les non-titulaires dans la fonction publique qui s’achèvent lundi, un texte qui devrait être présenté au printemps.

Mme Guégot, qui avait dans un premier temps envisagé des pénalités financières, propose désormais de « neutraliser », ce qui revient à la bloquer, une nomination ou une promotion en cas de manquement aux règles sur la parité.

Mandatée mi-septembre par le président de la République pour travailler sur les trois fonctions publiques, Mme Guégot a mené une cinquantaine d’auditions, y compris dans certaines entreprises privées comme l’Oréal ou Accenture.

Evoquant l’Oréal qui offre une promotion à ses salariées de retour de congé de maternité, elle souhaite préconiser « un avancement de carrière » évitant au fonctionnaire d’être pénalisé dans ce cas.

La députée suggère plus généralement d’imposer l’organisation de deux entretiens à chaque interruption de carrière, l’un avant le départ, l’autre au retour.

Chartes de gestion du temps
Si elle compte sur la loi pour imposer 40% de femmes, elle recommande aussi la négociation locale, avec les syndicats, de « chartes de gestion du temps » visant à concilier vie familiale et vie professionelle, notamment en évitant la spécificité « franco-française » des réunions débutant à 18 heures, qui compliquent la vie de famille.

L’élue propose également de désigner « de façon un peu contrainte » une personne référente dans chaque administration, « des délégués ou des chargés de mission » chargés de veiller au respect de la parité.

Se défendant de tout féminisme acharné, Mme Guégot souligne que le problème est « culturel » et qu’on retrouve « les mêmes constats, les même causes » dans la fonction publique que partout ailleurs, par exemple le fait que les recruteurs choisissent souvent des employés qui leur ressemblent.

« On ne demande pas l’aumône. On ne demande pas de prendre des femmes pour prendre des femmes. On demande simplement (…) que les changements deviennent un outil d’efficacité », affirme l’élue.

« Instaurer des quotas de 40 % de femmes dans les postes d’encadrement « 

Françoise Guégot, députée (UMP) et conseillère municipale de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime)

Dans les collectivités territoriales, la proportion de femmes aux postes d’encadrement reste très faible. Elle stagne aux alentours de 20 %, alors que le pourcentage chez les cadres A se situe entre 30 % et 40 %.
Le plafond de verre apparaît entre 30 et 35 ans, quand la présence d’enfants entraîne des temps partiels. Aujourd’hui, les chartes et les labels « égalité » produisent peu de résultats. Les sanctions financières, dans d’autres domaines, se révèlent souvent inefficaces. Elles seraient, de toutes les façons, difficiles à mettre en oeuvre dans des fonctions publiques très diverses.
Ma conclusion, c’est que sans contraintes, la situation sera la même dans dix ans. Il faut, donc, à l’instar de ce que prévoit la loi « Copé-Zimmermann » du 27 janvier 2011 sur la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration, instaurer des quotas de 40 % de femmes dans les postes d’encadrement dans les trois fonctions publiques.
Le secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron, y est très favorable. De leur côté, les partenaires sociaux prônent un accord national en ce sens. Pour les collectivités qui disposent d’une autonomie de gestion, cet objectif ne peut, naturellement, pas être atteint tout de suite, mais entre 2015 et 2017. Quoi qu’il en soit, je souhaite qu’une loi soit adoptée avant la fin de la législature en 2012.

« Imposer pour chaque recrutement des candidats des deux sexes »

Muriel Sam Giao, secrétaire générale de l’AATF et directrice de l’administration au conseil général de la Gironde

Pour les administrateurs territoriaux, il est indispensable de mesurer les inégalités. Cela passe notamment par le fait d’intégrer dans le bilan social des indicateurs, et de diffuser ces informations. Une fois le diagnostic établi, un plan d’actions doit être mis en oeuvre, qui doit lui aussi faire une large place à la communication. La politique ressources humaines doit ensuite être réorientée.
Nous proposons par exemple d’imposer pour chaque poste d’avoir des candidats des deux sexes.
Il faudrait enfin développer une approche systématique égalité hommes/femmes, comme pour la démarche d’agenda 21 : se poser, pour chaque action, la question du genre et de l’égalité. De manière plus individuelle, nous recommandons d’identifier et de soutenir les femmes capables d’occuper des postes de direction générale et qui rencontrent des difficultés de visibilité et d’appui.
Certaines collectivités proposent notamment des postes adaptés en fonction des moments de la vie personnelle. Cela implique moins de responsabilités lorsque la personne a un jeune enfant et la garantie d’un poste plus important quand la disponibilité est plus grande.
Enfin, il faudrait développer des aménagements visant à faciliter la conciliation vie professionnelle/vie personnelle…

Références

Le rapport complet

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Numérique et services publics : saisir l'opportunité

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

40% des postes de direction de la fonction publique devraient échoir aux femmes

Votre e-mail ne sera pas publié

Patator

08/03/2011 09h31

Je trouve la posture de Mme SAM GIAO plus réaliste et pragmatique de Mme GUEGOT qui va certainement passer, qu’elle le veuille ou non, pour une pasionaria par ses positions plus directives, mêmesi on les comprend car le rééquilibrage H/F ne pourra réellement se réaliser par le bâton. Il n’y a qu’à voir le combat pour la parité au sein des élus.
Mais je le répète : attention à ne pas faire du féminisme forcené qui conduirait à promouvoir des personnes qui n’ont pas la stature ou les compétences. Il ne faudrait que l’on arrive à avoir des femmes qui ne sont pas à leur place, comme c’est le cas avec certains hommes. Ce serait une très mauvaise chose pour ce combat nécessaire.
Attention aussi aux propositions saugrenues du type « en évitant la spécificité « franco-française » des réunions débutant à 18 heures, qui compliquent la vie de famille ». Il faudra m’expliquer comment l’appliquer dans les communes ou interco dans lesquelles la plupart des élus sont actifs. Qui va assurer ces réunions ? si ce sont les personnes en dessous de l’échelle, cela crééra un vrai problème de légitimité de la dirigeante par rapport à son équipe. Je suis surpris que le rapport de Mme GUEGOT n’ait pas pris en compte cet aspect.
C’est pour cette raison que je trouve les pistes de mme SAM GIAO bien plus équilibrées et réalistes, même si elles sont possibles dans les grosses collectivités.

ael1309

08/03/2011 01h26

Bonjour,
On parle d’égalité homme/femme, il faudrait déjà que les postes de la filière administrative, occupés le plus souvent par les femmes,soient considérés comme ceux des autres filières. Regardez ce qui se passe pour la réforme de la catégorie B, la refonte de la filière technique est déjà en application, maintenant la filière sportive et nous n’entendons pas parler de la filière administrative. Nous sommes mal servis au niveau des primes et maintenant nous allons encore passer en dernier

BABOU

08/03/2011 05h44

Merci PATATOR de mettre le doigt sur le fait qu’une telle proposition n’est pas sans risquer d’imposer des femmes sur des postes dont elles n’auraient pas les compétences. Il faut arrêter de crier au scandale sur l’inégalité H/F. S’il y a bien un milieu professionnel où cette inégalité est de moins en moins flagrante c’est bien dans la fonction publique ! Si on regarde la filière technique, de plus en plus de femmes sont techniciennes ou ingénieurs, amenées à encadrer des équipes de vieux agents techniques machos, grincheux..et elles s’en sortent plutôt bien !
Je refuse de voir des postes de direction occupés par des femmes uniquement pour répondre à des quotas. Ce serait lamentable et ne ferait qu’accentuer cette idée reçue que les femmes n’ont pas la capacité à grimper les échelons par leur mérite. Le problème de la famille est un faux problème, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si une femme se sent apte à diriger elle doit pouvoir l’assumer. Autrement dit, est-on vraiment sûr qu’il y a assez de femmes véritablement intéressées et pouvant correspondre à des profils de direction pour obtenir les 40% ??
D’ailleurs, pour ma part je supprimerai également la parité H/F dans les équipes municipales. Bonjour les potiches qu’il a fallu ameuter pour respecter la loi, c’est ridicule ! Je connais des femmes qui sont maire parce qu’elles en avaient la trempe, et non pas parce qu’il y avait la parité ! Lorsque ce n’est pas le cas, c’est facile à voir : soit elles ne font que des bourdes soit elles se cachent derrière leur 1er adjoint (homme).
Bref, je suis totalement contre ce genre de texte, je pense qu’il y a des sujets plus importants à traiter en urgence, et pour autant JE SUIS UNE FEMME , j’ai des enfants en bas âge et je travaille à plein temps !!!

coco

11/03/2011 09h38

Le témoignage de Babou me semble un peu absurde, il faut avoir un regard objectif sur la question et observer l’ensemble des filières.
Le constat est simple : dans la fonction publique ( au sens large ) beaucoup de femme, 60 % mais aux postes de direction trés peu de femmes !
C’est bien beau de parler de la filière technique mais qu’en ai t il de la filière administrative par ex : beaucoup de femmes derrière des ordi en catégorie C et en A beaucoup plus d’hommes,
pourquoi ? car un homme s’investit certainement plus dans sa carrière pro qu’une femme, et profite moins des avantages (jours garde d’enfants ou autre) que propose notre statut; il est donc plus productif , le calcul est vite fait ! aprés y a aussi des femmes qui veulent s’investir et elles y arrivent ! certe, mais à quel prix ? une journée qui commence à 6h et qui se termine à 21 h ou plus , quand la vaisselle est terminée !

Une proposition de quota permettrait au moins de donner plus de chance aux femmes qui souhaite s’investir, et y en a !
Eviter les réunions qui commence à 18 h serait bénéfique pour tout le monde ! les enfants ont besoin de leurs parents (et des deux) !
Donc moi je suis POUR

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement