Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

PLF 2019

Budget : le gouvernement veut rassurer les élus de banlieues

Publié le 01/10/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : France

banlieue-quartier-QPV-politique-ville
Bruno Bernier / AdobeStock
Deux mois après la présentation de la « feuille de route » gouvernementale en faveur des quartiers, que les élus avaient accueillie avec prudence, le projet de loi de finances pour 2019 prévoit une hausse des crédits de 85 millions d’euros pour les banlieues ainsi qu’une mobilisation des crédits de droit commun.

Cet article fait partie du dossier

PLF 2019 : le gouvernement maintient le cap

Le gouvernement tiendra-t-il ses engagements en faveur des banlieues ?

Deux mois après la présentation d’une feuille de route destinée à « garantir les mêmes droits aux habitants des quartiers qu’à ceux des autres territoires », le projet de loi de finances pour 2019 entérine en tous cas une augmentation du budget de la politique de la ville qualifiée de « sans précédent » par le commissaire général à l’égalité des territoires, Serge Morvan.

En effet, selon les chiffres fournis par le ministère de la Cohésion des territoires, le budget de la politique de la ville  devrait s’élever à 513 millions d’euros, soit une hausse de près de 20% par rapport à 2018, équivalent à 85 millions supplémentaires.

Déclinaison de la feuille de route de juillet

Cette enveloppe, propre au ministère de la Cohésion des territoires, est destinée à financer une série de mesures contenues dans la « feuille de route » de juillet :

  • 1000 postes d’adultes-relais dès 2019, qui s’ajoutent aux 4000 postes existants sur des missions de médiation sociale dans les quartiers,
  • le doublement à 1500 des postes de coordonnateurs associatifs, dits «FONJEP , avec une subvention par poste majorée de 5000 à 7000 euros par an, sur plusieurs années,
  • 15 millions d’euros supplémentaires pour financer l’action des « associations nationales structurantes », dont la liste n’est pas encore connue.

Parmi les autres actions qui bénéficieront de crédits : le lancement des cités éducatives sur une soixantaine de quartiers (12 millions d’euros supplémentaires pour développer des PRE renforcés), la création de postes Atsem en écoles maternelles dans les écoles REP+ des futures cités éducatives (22 millions d’euros), le développement des stages de 3e en REP+ (2 millions d’euros) ou encore l’accompagnement de 100 000 jeunes de quartiers via le parrainage pour l’emploi et les Cordées de la réussite qui favorisent le tutorat (3millions d’euros supplémentaires)…

Soucieux de rassurer des élus de banlieues échaudés par les coupes drastiques dans le budget 2017, l’exécutif souligne que les crédits de droit commun, qui financeront le déploiement de la police de sécurité du quotidien, la relance des emplois francs ou encore la lutte contre le logement indigne, bénéficieront directement aux quartiers prioritaires. Cette mobilisation des ministères fer d’ailleurs l’objet d’une communication lors de la présentation du PLF à l’Assemblée nationale.

« On n’a jamais connu une évolution aussi positive dans un contexte budgétaire particulièrement serré » insiste Sébastien Jallet, directeur de la politique de la ville au CGET, qui rappelle que la dotation de solidarité urbaine (DSU) connaîtra une progression de 90 millions d’euros en 2019 pour atteindre 2,3 milliards d’euros. « C’est vraiment du plus car on est dans un contexte inédit où la DGF est stable » indique-t-il. Quant à la dotation de la politique de la ville (DPV), elle est sanctuarisée à 150 millions d’euros pour 2019.

Rénovation urbaine : les engagements confirmés

Concernant la rénovation urbaine, l’Etat confirme les engagements pris dans le courant de l’année : sa contribution au financement du nouveau programme (NPNRU) s’élève à 25 millions d’euros en 2019 contre 15 en 2018, soit 10 millions d’euros supplémentaires. Par ailleurs, au-delà des crédits de paiement qui suivent la courbe des réalisations, l’Etat garantit son apport de 200 millions d’euros au cours du quinquennat : 185 millions d’euros en autorisation d’engagement qui s’ajoutent aux 15 millions de l’année dernière.

Reste maintenant à mettre en musique la feuille de route et les moyens qui y sont affectés. « Des éléments de cadrage sont attendus dans les prochaines semaines sur la déclinaison de cette feuille de route via les contrats de ville et dans le cadre du Pacte de Dijon », précise-t-on au CGET.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Budget : le gouvernement veut rassurer les élus de banlieues

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement