Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Congrès annuel des sapeurs-pompiers

Sapeurs-pompiers : Gérard Collomb promeut son plan d’action pour le volontariat

Publié le 01/10/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

Photo congrès 29 septembre
JCR
En clôture du 125e congrès national des sapeurs-pompiers à Bourg-en-Bresse, le ministre de l'Intérieur a tenté d'apaiser les craintes en montrant son attachement au "modèle français de sécurité civile". Son discours combattif et la présentation d'un nouveau "plan d'action pour relancer le volontariat" ont "répondu globalement aux attentes" de la Fédération nationale, qui demande désormais des actes concrets.

Attendu uniquement pour le discours de clôture du congrès de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à Bourg-en-Bresse, le ministre de l’Intérieur a créé la surprise en venant dès le vendredi passer plusieurs heures avec les professionnels. Gérard Collomb se savait très attendu par des sapeurs-pompiers inquiets pour l’avenir du volontariat, comme pour leur sécurité et assez critiques sur le manque d’actions concrètes engagées par le gouvernement depuis un an.

Dans son discours, samedi 29 septembre, interrompu à plusieurs reprises par des applaudissements nourris, le ministre de l’Intérieur a longuement détaillé sa priorité : « sécuriser le cadre juridique de l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires ».

« Assurer la pérennité du statut de volontaire »

Il s’est ainsi engagé à prendre une initiative politique auprès de la Commission européenne pour écarter toute application aux sapeurs-pompiers volontaires de la directive européenne de 2003 sur le temps de travail. « Si une telle philosophie devait être appliquée en France, c’est notre modèle de sécurité civile dans son ensemble qui serait remis en cause, le gouvernement ne peut l’accepter », a-t-il souligné.

« C’est une question de valeur. Il ne faut jamais brider ceux qui par leur engagement portent haut les principes de la République. Il nous faut à moyen et à long terme assurer la pérennité du statut du sapeur-pompier volontaire », a-t-il ajouté en présentant un « plan d’action » pour le volontariat « dans la droite ligne des 43 propositions de la mission volontariat » (voir notre encadré).

La directive européenne, si elle devait s’appliquer en France, entraînerait « à budget constant le recrutement de seulement 50 000 pompiers contractuels pour 12 heures par semaines seulement » contre 195 000 sapeurs-pompiers volontaires actuellement, avait rappelé au préalable le président de la FNSPF, Eric Faure.

Celui qui sera remplacé le 12 octobre prochain par le colonel Grégory Allione avait en outre pointé le risque de « contagion de la menace : si demain notre volontariat est remis en cause, après-demain, ce seront les réserves opérationnelles de la police, de la gendarmerie et de l’armée, puis ce sera le mouvement associatif et peut-être même les élus locaux. »

Inquiétudes des élus

Une crainte également partagée par Olivier Richefou, président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours : « Le danger n’existe pas que pour les pompiers, donc il faut élargir le spectre des personnes concernées par cette directive et embarquer avec nous tous les bénévoles. On sait qu’il y en a beaucoup dans nos milieux sportifs, culturels », a estimé le président (UDI) du Conseil départemental de la Mayenne.

Le député LR de l’Ain, Damien Abad, a pour sa part tenu à rappeler « que « réviser une directive européenne sur le temps de travail, c’est très compliqué et très long ». « Quand je vois que le ministre de l’Intérieur avait promis l’an dernier de prendre le décret d’application pour assurer la gratuité sur les péages d’autoroutes pour les sapeurs-pompiers et que cela n’est toujours pas en vigueur aujourd’hui, je m’interroge sur la capacité du gouvernement français à pouvoir peser sur ce sujet », a déclaré le vice-président des Républicains.

Le ministre de l’Intérieur a également fait la promesse de « tout mettre en œuvre pour améliorer à court terme le quotidien des sapeurs-pompiers ». Cela passe selon lui par la mise en œuvre, « l’année prochaine, d’une campagne de test » de nouveaux équipements pour lutter contre la toxicité des fumées d’incendie, mais aussi par le développement « dès les prochains mois, dès les prochaines années » des caméras-mobiles. La mesure, inscrite dans une loi parue le 5 août au Journal officiel, est très attendue par les professionnels, de plus en plus victimes d’agressions.

Ministre des secours d’urgence

Gérard Collomb s’est par ailleurs dit prêt à « trancher un débat toujours posé et jamais arbitré : la création d’un numéro unique, le 112 » pour les appels d’urgence. Alors que le président de la FNSPF avait pointé les fortes divergences avec les Samu pour qui, selon lui, les sapeurs-pompiers sont « de simples brancardiers, des sous-traitants », le ministre de l’Intérieur a avancé des propositions pour faciliter le travail en commun pour la gestion du Suap (secours d’urgence aux personnes).

Se présentant comme « le ministre des Suap », il a ainsi annoncé « l’instauration d’instances de concertation obligatoire entre Agences régionales de santé, Sdis et Samu au niveau départemental », ainsi que « la réécriture du référentiel Sdis-Samu de 2008 ».

« J’aurais préféré que ce discours soit tenu soit par un ministre de l’Intérieur qui s’inscrit dans la durée, soit par le président de la République », a réagi Olivier Richefou, alors que le ministre de l’Intérieur a annoncé sa volonté de quitter le gouvernement après les élections européennes de mai 2019 pour se présenter à la mairie de Lyon. « Quand il y a des tensions entre deux ministères, l’arbitrage doit venir du Premier ministre et du président de la République », a-t-il pointé, saluant toutefois « la volonté de Gérard Collomb de faire accélérer » ce dossier.

Gestes qui sauvent : circulaire pour les collectivités

Dernier gros enjeu débattu lors du congrès de Bourg-en-Bresse, l’objectif fixé par le président de la République en octobre 2017 de former 80% de la population aux gestes qui sauvent. Un an après, le ministre de l’Intérieur dresse le même constat : « la France accuse un important retard, moins d’un tiers de la population est formé ».

Il se dit cependant « convaincu que nous pouvons relever le challenge » et annonce notamment la diffusion d’une circulaire « dès la semaine prochaine » incitant ministères et collectivités locales à former tous les agents.

Les axes du nouveau « plan volontariat »

A l’issue du discours de Gérard Collomb, le ministère de l’Intérieur a rendu public un « plan d’action 2019-2021 pour les sapeurs-pompiers volontaires ». Composé de 37 mesures, il s’inspire des propositions du rapport de la mission relative à l’avenir du volontariat, dirigée notamment la  présidente du Conseil national des sapeurs-pompiers volontaires, Catherine Troendle. La place Beauvau précise que 19 mesures doivent être réalisées « d’ici la fin du premier trimestre 2019 ».

Ce plan repose sur trois axes :

  • Attirer et susciter des vocations, en représentant mieux notre société, c’est à dire en donnant toute leur place aux femmes et en intégrant les jeunes venant de tous les horizons ;
  • Fidéliser et mettre le sapeur-pompier volontaire au coeur du dispositif, en prenant en compte les compétences individuelles et les contraintes et les obligations des employeurs ;
  • Diffuser les bonnes pratiques et s’assurer de l’utilisation de tous les outils mis à disposition.

Parmi les mesures phares, Gérard Collomb a annoncé la mise en place d’une « bonification liée à l’engagement comme sapeurs-pompiers volontaire » dans le système des retraites. Le plan prévoit également « le développement des relations entre les sapeurs-pompiers et les quartiers prioritaires de la politique de la ville », « l’adaptation des locaux et des équipements aux effectifs féminins » ou encore l’organisation de recrutement de volontaires « tout au long de l’année.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sapeurs-pompiers : Gérard Collomb promeut son plan d’action pour le volontariat

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement