Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transport

Ryanair reprend racine dans les métropoles régionales

Publié le 28/09/2018 • Par Caroline Garcia • dans : France

Ryanair
Wikimedia commons Ryanair
La compagnie low-cost réimplante deux bases à Marseille et Bordeaux. Depuis 2011, ses avions ne pouvaient pas dormir sur un aéroport national, faute de personnel employé en France.

Ryanair rouvrira deux bases en France, à l’été 2019. Comme à son habitude, la compagnie aérienne maitrise sa communication avec une annonce le 27 septembre à Marseille puis à Bordeaux. Elle survient quelques jours après une décision en sa faveur de la Cour de cassation et à la veille d’un nouveau mouvement de grève massif qui l’oblige à annuler 250 vols en Europe.

C’est donc à Marseille et Bordeaux que quatre avions de la compagnie à bas coût repasseront leurs premières nuits en France. Depuis 2011, Ryanair n’avait plus de base, ce qui ne l’empêchait pas d’exploiter des lignes, mais contraignait son développement puisque les avions ne pouvaient pas dormir sur un aéroport national, faute de personnel employé en France.

Bras de fer avec la justice

La compagnie avait entamé un bras de fer avec la justice au sujet de son usage du droit social irlandais, beaucoup moins exigeant, et donc bien moins couteux que l’application des règles françaises. Ryanair avait ainsi été condamnée en 2014 pour non respect du code du travail entre 2007 et 2010, où elle employait 127 personnes sans payer ses cotisations sociales en France. La Cour de cassation a bien annulé ce jugement, mais le dossier n’est pas clos puisqu’il est renvoyé devant la cour d’appel de Paris.

« Notre décision de rouvrir des bases était prise avant l’arrêt de la Cour de cassation », concède David O’Brien, le directeur commercial de Ryanair. Outre Marseille et Bordeaux, Beauvais, Nantes ou Lyon devraient « prochainement » disposer de leur base. Car ce qui pousse véritablement l’irlandaise à se plier aux règles du droit français, c’est le potentiel de croissance que propose la France pour ces liaisons moyen-courrier à prix cassé. « Le trafic low cost représente 25 % des liaisons de l’aéroport, mesure le président du directoire de Marseille-Provence, Philippe Bernand. Notre objectif est de passer à 50 %, ce qui correspond à la moyenne attendue dans les aéroports français et européens ». Une « marge de progression énorme » que Ryanair compte bien exploiter.

Accueil à bras ouverts

Dans la métropole marseillaise, le retour de la compagnie est accueilli avec enthousiasme. Ryanair se pose avec onze nouvelles destinations. Pour la mairie de Marseille, cette installation prouve le « rayonnement de la ville, soutenu par une politique d’attractivité économique et touristique ambitieuse ». Le président du Comité régional du tourisme de Provence-Alpes-Côte d’azur ne voit dans cette annonce rien de moins que « le point de départ d’un nouveau  développement touristique pour la région ». « Cette nouvelle offre va donner un coup d’accélérateur au tourisme provenant des pays de l’Europe centrale et orientale, assure François de Canson. Des marchés que le CRT travaille depuis déjà plusieurs années, avec une progression dans l’hôtellerie des clientèles issues de ces pays de 9,3 % en moyenne par an depuis 2010 ».

Même constat à Bordeaux du président de l’aéroport, Pascal Personne, pour qui  « cette nouvelle base représente sans conteste un gain d’attractivité pour la Nouvelle Aquitaine ». Le « potentiel de développement de Ryanair lui parait « très important pour Bordeaux, sur le long terme ».

Outre ses pratiques sociales, Ryanair a également été impliquée dans de nombreuses affaires européennes relevant des aides d’Etat pour des subventions plus ou moins déguisées versées par des collectivités pour inciter la compagnie à s’implanter dans certains aéroports. Des questions qui ne sont toujours pas réglées puisqu’une nouvelle affaire a été ouverte en juillet dernier, autour de l’aéroport de Montpellier : une enquête approfondie de la Commission européenne vise à déterminer si les contrats de services de marketing conclus entre l’Association de promotion des flux touristiques et économiques (APFTE), financée par des collectivités régionales, et Ryanair sont bien conformes au régime des aides d’État.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ryanair reprend racine dans les métropoles régionales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement