Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion de l'eau

Comment la culture du maïs met les rivières à sec

Publié le 28/09/2018 • Par Isabelle Verbaere • dans : actus experts technique, France

mais2
CC by François GOGLINS
Avec 60 départements concernés par des arrêtés de restriction d’eau au 25 septembre, la France subit actuellement un épisode sévère de sécheresse. La cause n'est pas à trouver du côté du changement climatique, mais plutôt de la culture du maïs qui s'est massivement développée dans l'Hexagone, contre tout bon sens.

Michel Guitard, vice-président du syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du canton de Bort-les-Orgues (8 communes, 4 700 hab., Corrèze), est inquiet : « On était pratiquement en rupture d’eau, il y a une quinzaine de jours. Le débit des deux rivières qui alimentent la station de traitement a atteint un niveau critique. » Dans cette région granitique, il n’existe pas de ressources souterraines. « Il a fallu acheminer de l’eau potable par camions-citernes pour éviter la rupture totale pendant plusieurs jours », explique-t-il.

Ravitaillement par camions-citernes

De même, dans le Doubs, des communes ont dû être ravitaillées par camions-citernes. L’eau de la rivière s’est évaporée sur plusieurs kilomètres. Sur les 3 186 points surveillés par ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment la culture du maïs met les rivières à sec

Votre e-mail ne sera pas publié

sirius

01/10/2018 12h42

Il est notoire que la politique agricole ,et donc celle de l’eau est aux mains de la FNSEA .Même au sein des instances de gestion – agences et autres comités de bassin – la majorité est dominée par les agriculteurs de ce syndicat. Les consommateurs et les défenseurs de la nature n’y ont droit qu’ à quelques strapontins .

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement