Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Sécurité

Vive émotion après la mort du responsable de la police municipale de Rodez

Publié le 27/09/2018 • Par Guillaume Doyen • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

Police Municipale CAVAM
Bertrand Holsnyder
La victime, Pascal Filoé, directeur général adjoint des services de la ville de Rodez (Aveyron), en charge notamment du fonctionnement de la police municipale, a été mortellement poignardée jeudi matin. Le crime a soulevé une vague d’indignation.

L’agression a eu lieu en plein centre de Rodez, à proximité du poste de police municipale. Pascal Filoé a été attaqué au couteau par un homme, qui a été rapidement interpellé par les forces de l’ordre. Les raisons exactes de ce crime restent à élucider. Selon les informations de la Dépêche du Midi, qui évoquent une vengeance faisant suite à la confiscation de son chien, l’assaillant s’en serait pris à sa victime alors qu’elle était habillée en civil. Le suspect, présenté comme un marginal, s’était déjà montré menaçant envers la police et la Ville de Rodez.

Les réactions ont aussitôt afflué de toute la France. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a dénoncé « une attaque ignoble ».

François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF) a, dans un communiqué, exprimé « son soutien et sa solidarité à sa famille, aux agents municipaux ainsi qu’à Christian Teyssèdre, maire LREM de Rodez et son conseil municipal, dans cette cruelle épreuve ».

Pascal Filoé était le « monsieur sécurité » de ville, mais ce cadre, âgé de 45 ans, n’était pas lui-même policier municipal.

Les circonstances du crime ont cependant relancé le débat sur la sécurité des agents, qui ne sont pas équipés d’armes à feu à Rodez.

Christian Estrosi, maire (LR) de Nice, et président de la commission consultative des polices municipales, a rappelé que les policiers municipaux étaient « chaque jour victime d’attaques ». « Je continuerai à faire évoluer les textes pour améliorer leur sécurisation », a souligné l’élu.

Même tonalité chez le sénateur (LR) François Grosdidier, pour qui « cette tragédie démontre une fois de plus que les policiers municipaux sont exposés aux mêmes risques que les policiers nationaux, et doivent être aussi protégés, armés et reconnus ».

La fédération Interco CFDT a condamné ce « lâche assassinat ». « Durant son service, il a été manifestement pris à partie en raison de sa qualité de gestionnaire administratif du service de la police municipal », a estimé le syndicat. De son côté, les représentants de la FA-FPT police municipale se sont dits « particulièrement atterrés face à cet homicide volontaire à l’encontre de ce cadre territorial ».

Le parquet a ouvert une enquête pour « assassinat », soit un meurtre commis avec préméditation.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vive émotion après la mort du responsable de la police municipale de Rodez

Votre e-mail ne sera pas publié

Top Tony

30/09/2018 07h16

Et les Gardes-champêtres ? comme à l’habitude, pas reconnus au côté des PM. Il est facile de dire que ce geste est horrible. J’ai vécu une agression en mai 2018, avec un arrêt de travail de 15 jours. Deuxième agression en 5 ans. Pourtant, lorsque je demande l’armement, mon Maire, il me répond que cela fait partie des risques du métier. Non ! Trop, c’est trop ! A quand un armement obligatoire pour les forces de l’ordre…. Toutes les forces de l’ordre ! Et ce, afin que l’on puisse protéger la population mais également nos effectifs.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement