Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunération

FPT : Les salaires progressent moins vite en 2016 qu’en 2015

Publié le 27/09/2018 • Par Claire Chevrier • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

AdobeStock
En 2016, un agent territorial à temps plein a perçu un salaire moyen de 1 902 euros nets par mois, soit une hausse de 0,4%, contre une progression globale de 0,8% un an plus tôt et même de 1% hors contrats aidés.

Alors que les débats sur le pouvoir d’achat des agents vont bon train, l’INSEE publiait aujourd’hui, 27 septembre 2018, une étude sur les salaires 2016 dans la territoriale. L’Institut conclut à une hausse moyenne (en euros constants) de 0,4% du salaire moyen. « Cette hausse de salaires est moins forte qu’en 2015 mais plus élevée qu’en moyenne entre 2010 et 2014 (- 0,1%;) », tempère cependant l’INSEE.

Le salaire brut moyen, lui, a cru de 0,8%. Le traitement indiciaire brut a progressé en moyenne de 1,1%, car « il bénéficie notamment de la hausse de la valeur du point d’indice de 0,6% au 1er juillet 2016 ainsi que de la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations de la fonction publique (PPCR) », souligne l’INSEE.

graph 1 evol salaires depuis 2010 web

Ce protocole, qui transfère une partie des primes en points d’indice, a débuté en 2016 pour tous les agents de catégorie B et ceux des catégories A des filières paramédicales et sociales. Cependant une partie de ces hausses a été absorbée par l’augmentation de 0,4%, au 1er janvier 2016, des taux de cotisation salariales suite à la réforme des retraites de 2010.

Les titulaires mieux payés que les contractuels

Les fonctionnaires, qui représentent 80% des effectifs dans la territoriale, ont un salaire moyen plus élevé et qui progresse plus vite que les non fonctionnaires : 1985 euros nets (+0,5%) contre 1590 euros pour les non fonctionnaire (y compris les contrats aidés). En excluant les contrats aidés (qui représentent 20% des non fonctionnaires), la rémunération des non fonctionnaires progresse de 0,3%.

 

Le traitement des catégories A et B croît de 0,4% alors que celui des catégories C, qui représentent les trois quarts des effectifs, lui, n’augmente que de 0,3%. Un écart à relativiser quand on sait que les catégories C ont bénéficié ces dernières années d’un rattrapage (avec une progression notamment de 1,2% en 2015 alors que les catégories A et B n’avaient connu qu’une hausse de 0,1 et 0,3% à la même période).

1 803 euros dans les communes, 2 116 euros dans les départements

C’est toujours au sein des communes, qui concentrent une forte proportion d’agents catégories C, que les rémunérations sont les plus basses : 1 803 euros nets par mois contre 2 116 euros dans les départements. « Les disparités salariales dans la FPT sont quasiment stables en 2016 », note cependant l’INSEE. L’Institut explique que le bon de +1,8% dans les régions et la progression de seulement 0,2% des départements, résultent d’un changement de mode de calcul. En effet, les agents des collectivités uniques de Guyane et de Martinique, créées en 2016, qui ont un traitement plus élevé que ceux de métropole du fait de compléments de rémunération, sont dorénavant comptabilisés dans les régions et non plus, pour beaucoup, dans les départements. « En excluant ces deux collectivités, le salaire net moyen augmente de 0,8 % dans les régions et de 0,5 % dans les départements », conclut l’INSEE.

Les disparités hommes femmes baissent de 0,2%

En moyenne une femme gagnait 1826 euros par mois soit 9,1% de moins qu’un homme (9,3% en 2015). Les disparités varient beaucoup en fonction des catégories : 16% d’écart pour les agents de catégories A, 7,3% pour les catégories B et 10,1 % pour les catégories C. L’INSEE relève que « parmi les 40 % des salariés les moins rémunérés, deux tiers sont des femmes. Plus le salaire est élevé, plus la part des femmes diminue. » Les écarts de salaires s’expliquent d’ailleurs pour moitié par « des différences de positions professionnelles ». Ainsi, à grade et catégorie égaux, en plein temps, dans la même taille de collectivités, les femmes perçoivent en moyenne 4,6 % de moins que les hommes, comme en 2015.

Appli-salaire-gazette-

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

FPT : Les salaires progressent moins vite en 2016 qu’en 2015

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement