Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Territoires

Elus locaux : l’heure de la convergence des luttes a sonné

Publié le 27/09/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

bussereau-laigniel-morin-vassal-baroin-muselier
Twitter @MartineVassal
Lors d’un meeting « politique », le 26 septembre 2018 à Marseille, les patrons des trois principales associations d’élus et le président du Sénat ont fait assaut de critiques contre « l’ultra-centralisation ». Entre les territoires et le président de la République, la rupture est consommée.

Marseille, l’indomptable contre laquelle Louis XIV dirigea ses canons, ne faillit pas à sa réputation. Le premier rassemblement des élus pour les libertés locales, ce 26 septembre 2018 dans la cité phocéenne, vire vite au réquisitoire contre le pouvoir central. Les oreilles d’Emmanuel Macron sifflent quand le leader de l’Association des maires de France François Baroin (LR) s’en prend au « populisme d’Etat ». Un cocktail à base d’attaques contre « le clientélisme » des édiles et les « syndicats d’élus ». Le ton est donné.

Très en verve, le patron de l’Assemblée des départements de France  (ADF), Dominique Bussereau (Ex-LR)  cite Madelon dans « Les précieuses ridicules » : « Hors de Paris, il n’y a point de salut ». Un leitmotiv qui, selon l’ancien ministre, sert de bréviaire à la Macronie. « Les précieuses ridicules sont revenues aux affaires », lance-t-il, devant un auditoire conquis.

Au coeur du Palais du Pharo, la lumière est tamisée, les spots ciselés et les jingles très calibrés… Mais le propos se fait toujours plus musclé. Des coupes dans les emplois aidés à la fin de la taxe d’habitation, en passant par la note salée des mineurs étrangers, les édiles ne décolèrent pas. Furieuse contre le transfert d’une partie de sa compétence apprentissage aux branches professionnelles, Régions de France est particulièrement remontée. A la veille de son congrès, son président (UDI) Hervé Morin prévient : « Nous sommes dans un meeting politique avec des militants de  la démocratie pour défendre nos territoires auxquels nous consacrons toute notre vie et parfois plus. »

Réforme fiscale : haro sur le jeu de  bonneteau

Les trois principales associations d’élus mettent en sourdine leurs querelles de chapelle. A la tribune, leurs représentants le disent haut et fort : le Gouvernement n’enfoncera pas un coin entre eux. Pas question, prévient François Baroin, de se prêter au jeu de bonneteau de la réforme fiscale. En jeu : le transfert de la part départementale de la taxe sur le foncier bâti aux communes. « Nous n’irons pas en tête de gondole de cette opération », martèle le président de l’AMF.

Au premier rang, le numéro 1 de l’ADF Dominique Bussereau boit du petit lait. Si, pour les élus, le gouvernement divise pour mieux régner, c’est aussi parce qu’il ne sait pas où il va. « Nous en serons bientôt au sixième scénario de réforme fiscale en sept mois », cingle le patron du Sénat, Gérard Larcher. Le président du grand conseil des communes de France en profite pour demander une réforme en profondeur de la Conférence nationale des Territoires. « On ne  peut plus continuer comme ça », juge-t-il à propos du cercle de dialogue Etat-collectivités, boycotté par les trois principales associations d’élus qui le comparent à une chambre d’enregistrement. Pour François Baroin, l’enjeu est immense. « Si on ne réussit pas à se faire entendre par un Etat impuissant, il y aura des revendications fédérales », met-il en garde.

Une arme de guerre : Territoires unis

Dans la cité phocéenne, le mouvement de grogne franchit des sommets. Fruit de la réunion du 26 septembre, la toute nouvelle association Territoires unis revendique le soutien du bureau unanime de l’Association des maires de France, de 96 présidents de  département et de la quasi-totalité des patrons de régions. Un cénacle de 1 200 élus qui penche plutôt à droite. Mais les leaders du PS à l’AMF, à l’ADF et à Régions de France, André Laignel, André Viola et François Bonneau en font aussi partie. Quant à la maire socialiste de la capitale, Anne Hidalgo, elle encourage le mouvement.

Unique en son genre dans l’histoire des associations d’élus, Territoires unis possède déjà un corps de doctrine : « L’appel de  Marseille ». Un texte, lu par un comédien à la tribune, qui fait feu sur  « l’ultra-centralisation » d’un « Etat  thrombosé ». Une manière de rappeler les mannes du père de la décentralisation, Gaston Defferre, qui, premier magistrat de la cité phocéenne 33 ans durant, n’était pas le dernier à batailler contre les bureaux parisiens.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Elus locaux : l’heure de la convergence des luttes a sonné

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

27/09/2018 01h11

On peut voir les choses différemment; ces élus se plaignent de « re-centralisation » alors qu’il s’agit de disparition…
A cause de la politique européenne à laquelle nous devons nous soumettre, nous sommes en train de réorganiser notre territoire d’un côté, en réduisant drastiquement le nombre de communes que l’UE trouve en surnombre (en comparaison des autres pays européens), tout en réduisant leur financement, et de l’autre côté, en vidant de leur substance les départements au bénéfice, soit des régions ou des nouvelles métropoles, soit de l’Etat.
Avec par ailleurs, la volonté de mettre en concurrence tout ce qui est public en vue de le confier au privé, forcément vertueux.
Pas de quoi, donc, enthousiasmer nos élus locaux.
Mais, puisqu’ils ne semblent pas avoir bien compris l’origine de toutes ces réformes et de cette tendance régressive, ils feront semblant de s’opposer au gouvernement, sans espoir du moindre succès, puisque ce n’est pas notre gouvernement qui décide !
Circulez, y’a rien à voir…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement