Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Numérique

Open data, le syndrome des « petits pas »

Publié le 01/10/2018 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Open_data
justgrimes via Foter.com / CC BY-SA
Chaque rentrée nous invite à prendre de bonnes résolutions. Cette année, de nombreux décideurs refusent de limiter la réponse aux défis auxquels ils sont confrontés à des mesures sans réel impact, sans choix courageux : les fameux « petits pas ».
Laurence Comparat

Laurence Comparat

présidente d’Opendata France et adjointe au maire de la ville de Grenoble

Chaque rentrée nous invite à prendre de bonnes résolutions. Cette année, de nombreux décideurs refusent de limiter la réponse aux défis auxquels ils sont confrontés à des mesures sans réel impact, sans choix courageux : les fameux « petits pas ».

La « transformation », nous dit le dictionnaire, est la « modification radicale de l’état d’un système ». Quelles sont les modifications radicales opérées dans le champ de l’action publique ? Pourrait-on assigner à l’open data de participer à la résolution de grands défis de société tels que la démocratie ou l’écologie ?

Que ce soit pour combattre la désinformation et la manipulation ou pour mesurer les impacts et guider l’action pour la préservation de notre environnement naturel, l’open data peut nous aider à apporter des solutions concrètes, systématiques, transformatrices. Les collectivités sont encore loin de cette ambition et encore peu nombreuses à publier de façon systématique des données ayant un potentiel sociétal important et à favoriser leur réutilisation.

Vers un accompagnement des petites et moyennes communes

L’association Opendata France publie cette semaine l’« Observatoire open data des territoires 2018 ». Quels enseignements peut-on en tirer ?

Premier constat : le nombre de collectivités ouvrant leurs données progresse régulièrement – de l’ordre de 100 nouvelles collectivités par an. Aujourd’hui, nous en sommes à un peu plus de 300 collectivités. C’est appréciable, mais nous sommes encore loin de la cible fixée par la loi pour une République numérique, qui concerne près de 4 500 acteurs territoriaux. A ce rythme-là, il nous faudra près de quarant  ans pour que cette démarche, pourtant applicable au plus tard le 8 octobre 2018, soit généralisée !

Deuxième constat : les collectivités territoriales les plus importantes sont déjà engagées dans l’open data. Cela se comprend aisément par la nature de leurs compétences et de leurs capacités d’ingénierie. Mais les petites et moyennes communes sont à la peine : moins de 6 % des collectivités comptant entre 3 500 et 20 000 habitants font de l’open data. Cela soulève l’extrême nécessité d’un accompagnement de proximité et de l’accès à des outillages facilitant la production et la publication des données.

Troisième constat : presque toutes les petites collectivités ayant récemment ouvert leurs données ont été prises en charge par un acteur de niveau « supérieur » – métropole, département ou région. L’offre de services de ces acteurs est large : sensibilisation, formation, coaching et hébergement pour l’essentiel. Il est indispensable de généraliser ces dispositifs, expérimentés dans neuf régions, à l’ensemble du territoire.

Opérer un changement d’échelle significatif

Il est aussi temps de changer de méthode : systématiser l’accompagnement, mutualiser les infrastructures, outiller les processus de production, favoriser la réutilisation grâce à des données mieux structurées et de meilleure qualité technique. Les collectivités devront s’organiser pour opérer un changement d’échelle significatif. Cela nécessitera une réelle ambition et la souplesse nécessaire liée à la singularité des territoires. Fixons-nous collectivement un cap : 2 000 collectivités ouvertes à l’horizon 2020 !

L’Etat a aidé les territoires dans la mise en œuvre de la loi pour une République numérique ; il devra poursuivre son soutien afin d’accompagner les petites et moyennes collectivités.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Open data, le syndrome des « petits pas »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement