Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Protection de l'enfance

Le 119-Allô enfance en danger, victime des coupes budgétaires

Publié le 25/09/2018 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert santé social, Actu prévention sécurité, France

119-enfants-danger
© thinkstock
Le numéro d’urgence qui permet de prévenir et de signaler les violences faites aux enfants pourrait fermer son accueil de nuit, faute de budget suffisant. Les salariés en appellent aux départements pour défendre la cause de ce service public.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il souffle un vent d’incompréhension parmi les acteurs de la protection de l’enfance. Les coupes budgétaires imposées par l’Etat au Groupement d’intérêt public enfance en danger (GIPED), qui regroupe l’Observatoire nationale de la protection de l’enfance, et le numéro d’urgence « 119-Allô enfance en danger » pourraient aboutir à la fermeture partielle de son service, accessible 24h/24 et 7j/7.

Pourtant, le 29 juin 2018, aux assises nationales de la protection de l’enfance, Agnès Buzyn réaffirmait la priorité donnée à « la lutte contre toutes les violences faites aux enfants et un meilleur repérage de ces violences » et annonçait une campagne nationale d’information sur les violences pour cet automne.

Coupe de 7%

Deux mois plus tard, on demandait à la direction générale du GIPED de réorganiser ses services de façon à tenir avec un budget identique à 2018 (4,2 millions d’euros). Or ce dernier, amputé de 7%, ne suffisait déjà pas à financer l’activité du GIPED l’an dernier. « La baisse de budget en 2018 était justifiée par un important fonds de roulement. Grâce à notre trésorerie, nous avons pu l’absorber sans impact sur l’activité. Cette année, si le budget est maintenu en l’état ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le 119-Allô enfance en danger, victime des coupes budgétaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement