Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Police de sécurité du quotidien : Gérard Collomb entre dans le vif

Publié le 20/09/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Aulnay1
JCR
Le ministre de l'Intérieur a inauguré le 20 septembre en Seine-Saint-Denis deux "quartiers de reconquête républicaine", mesure phare de sa police de sécurité du quotidien. Face à un certain scepticisme des maires d'Aulnay-sous-Bois et de Sevran, Gérard Collomb a plaidé pour une meilleure "coproduction entre les forces de police et les élus".

Après avoir donné en début de semaine le coup d’envoi officiel de la police de sécurité du quotidien, Gérard Collomb a précisé son dispositif en inaugurant les premiers « quartiers de reconquête républicaine ».

L’objectif est de déployer, d’ici à décembre, 300 fonctionnaires supplémentaires dans quinze quartiers sensibles. Parmi eux, les quartiers du « Gros Saule » à Aulnay-Sous-Bois et des « Beaudottes », à Sevran, en Seine-Saint-Denis, où s’est rendu le ministre de l’Intérieur jeudi 20 septembre.

Les doutes des élus

La délimitation de ces quartiers a fait l’objet d’âpres discussions, selon le maire LR d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, qui s’est dit cependant « fier de signer cette convention ». L’élu, qui avait été l’un des premiers à proposer la candidature de sa ville pour expérimenter la PSQ (police de sécurité du quotidien) s’est montré assez sceptique. « J’ai toujours eu deux craintes : que cette police de sécurité du quotidien ne soit qu’une redite d’une police de proximité et que ces quartiers de reconquête républicaine ne soient que des ZSP (zones de sécurité prioritaire) bis repetita », a-t-il affirmé.

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Police de sécurité du quotidien : Gérard Collomb entre dans le vif

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement