Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Légitimité

La sécurité du quotidien, une fenêtre de tir

Publié le 21/09/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : France, Toute l'actu prévention-sécurité

Policiers municipaux
F. Combes / AdobeStock
Présentée en grande pompe l'hiver dernier, attendue par les maires, la police de sécurité du quotidien est devenue réalité. Mais est-elle la mesure cosmétique que certains dénoncent ou une vraie opportunité pour les élus ?

Opération de communication ou véritable révolution ? La police de sécurité du quotidien (PSQ), l’une des principales promesses électorales d’Emmanuel Macron, est devenue réalité. Il était temps. Car, après une cérémonie de présentation en grande pompe cet hiver, cette PSQ avait fini par prendre l’allure d’une arlésienne pour les élus.

Mais que faut-il attendre de cette réforme ? Si certains évoquent le souvenir de la « police de proximité » chère à la gauche, il conviendrait plutôt de souligner sa parenté avec les zones de sécurité prioritaires créées en 2012, avant que les attentats ne viennent tout bouleverser.

Du « bleu » dans la rue

Du côté de la majorité, les thuriféraires vantent déjà les mille et une vertus d’une réforme axée sur la présence policière sur la voie publique. Les détracteurs, plutôt à droite, dénoncent une mesure « cosmétique » et privilégient la réponse pénale pour contrer la délinquance.

Sur le terrain, cependant, les maires, qui se sont bousculés devant les grilles de la place Beauvau pour candidater, en espèrent beaucoup. A leurs yeux, avoir du « bleu » dans la rue permettra de traquer les fameuses « incivilités » qui « empoisonnent nos habitants ».

Quels renforts ?

La sincérité de cette réforme n’en reste pas moins suspendue à la réalité des renforts promis – de 10 à 30 fonctionnaires de police pour chacun des 15 « quartiers de reconquête républicaine » – et à la mobilisation des partenaires locaux, élus en tête. Dans leur rapport remis au Premier ministre, l’ex-patron du Raid, Jean-Michel Fauvergue, et l’avocate Alice Thourot en font même une priorité et proposent ni plus ni moins de confier aux policiers ou aux gendarmes le pilotage d’un « conseil local unique ». On imagine mal que cette vision policière de la sécurité puisse faire consensus.

Au demeurant, le rôle de pilote des maires dans le partenariat local de sécurité a plus que jamais besoin d’un nouveau souffle. Et sur ce point, la PSQ apparaît comme une opportunité pour eux de réaffirmer une légitimité sans cesse rognée. Qu’ils s’en saisissent !

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La sécurité du quotidien, une fenêtre de tir

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement