Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Famille

Le soutien à la parentalité cherche sa lisibilité

Publié le 28/02/2020 • Par Michèle Foin • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

parents bébé
©Boggy - stock.adobe.com
Dominique Bertinotti avait fait son ''Tour des parents'' en 2013, et réaffirmé l’importance d’une politique publique de soutien à la parentalité encore peu structurée. Adrien Taquet, secrétaire d’État à la protection de l’enfance, entame, lui, un tour de France des ''1 000 parents pour penser les 1 000 premiers jours''. Adossé à un comité d’experts présidé par Boris Cyrulnik, ses conclusions, connues en avril 2020, devraient permettre de dessiner les contours d’une politique publique plus claire et lisible. Le plus difficile sera sans doute de concilier deux approches entre ceux qui craignent une individualisation trop poussée du soutien parental et ceux qui s’appuient sur les avancées des neurosciences pour prôner une éducation positive et bienveillante.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’exercice de la parentalité semble n’avoir jamais été aussi compliqué. « Un enfant sur deux naît hors mariage, un enfant sur cinq vit dans une famille monoparentale, un enfant sur neuf vit dans une famille recomposée » rappelle la députée Michèle Peyron, dans son récent rapport sur la protection maternelle et infantile (PMI). De fait, 43 % des parents perçoivent leur rôle comme difficile d’après l’enquête parentalité 2016 de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).

Depuis l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant en 1989, il s’agit pour les pays de l’OCDE de répondre aux difficultés engendrées par ces mutations des structures familiales, par des politiques publiques de soutien à la parentalité. Tous ne le font cependant pas de la même manière, ni avec ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

CLUB FINANCE - Projet de loi de finance 2023 : ce qui attend les collectivités

de La Gazette des communes en partenariat avec la Caisse d’Epargne et KPMG

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le soutien à la parentalité cherche sa lisibilité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement