logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/580916/grand-paris-imbroglio-autour-de-la-nomination-du-dgs-de-la-metropole/

HAUTE FONCTION PUBLIQUE
Grand Paris : imbroglio autour de la nomination du DGS de la métropole
Jean-Baptiste Forray | Régions | Toute l'actu RH | Publié le 11/09/2018

L’Association des administrateurs territoriaux de France veut faire annuler la nomination, le 15 mai 2018, du nouveau directeur général des services du groupement urbain, le préfet Paul Mourier. Elle estime que le président LR de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, n’a pas respecté les règles de « publicité utile ».

Grand_Paris_HPL’Association des administrateurs territoriaux de France (AATF) passe à l’attaque. Elle va saisir le tribunal administratif de Paris pour annuler la nomination, le 15 mai 2018, du préfet Paul Mourier au poste de directeur général des services de la métropole du Grand Paris (MGP). Un recrutement très convoité, pour lequel, selon l’AATF, le président LR du groupement urbain Patrick Ollier n’a pas respecté les règles de « publicité utile ».

Une opération ficelée d’avance ?

Certes, l’élu a bien publié, le 2 mai, un avis de vacance du poste au Centre interdépartemental de gestion de la petite couronne. Certes, Patrick Ollier a aussi assuré dans un courrier du 4 mai à l’AATF, que, s’il avait bien réfléchi à la nomination « d’une personne », il étudiait « les autres candidatures en temps que de besoin ». Mais aux yeux de l’AATF, l’arrivée de Paul Mourier était alors déjà actée.

L’association en veut pour preuve une déclaration publique de Patrick Ollier, le 17 avril dans laquelle il remercie le gouvernement d’avoir « permis de nommer le préfet Paul Mourier, directeur général des services de la métropole du Grand Paris dans des délais très rapides ». Elle mentionne aussi la missive du même jour du patron de la MGP aux conseillers métropolitains, les informant de l’arrivée de l’ex-DGS du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Bras de fer avec les préfets

L’AATF verse, enfin, deux autres pièces au dossier. Dans un premier courrier, en date du 16 avril, le préfet Mourier demande au ministre de l’Intérieur « son détachement en qualité de DGS de la métropole du Grand Paris ». Dans un second, le 18 avril, Patrick Ollier fait la même requête auprès de Gérard Collomb.

Après cet imbroglio, la MGP n’a, selon l’AATF, « pas répondu à sa demande de communication de documents administratifs » émanant de l’association. Le jugement des tribunaux sera particulièrement attendu, sur fond de bras de fer des administrateurs territoriaux pour reprendre aux préfets les plus hauts postes dans les administrations locales.

POUR ALLER PLUS LOIN