Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Conditions de travail

Plaidoyer pour que cessent les souffrances des agents publics

Publié le 18/09/2018 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions, Toute l'actu RH

Justice 10
Pixabay
Aider les agents publics victimes d’altération de leur état de santé mentale en raison de conditions de travail inadaptées est très complexe. Adhérer à une organisation syndicale permet de bénéficier d’un soutien important dans ce contexte dégradé, d’augmenter les chances de faire respecter le droit à un travail décent et de rappeler aux élus locaux leur responsabilité d’employeur.
Jacky Meslin

Jacky Meslin

secrétaire général du syndicat CFDT Interco Morbihan

Aider les agents publics victimes d’altération de leur état de santé mentale en raison de conditions de travail inadaptées est très complexe. Nombreux sont les médecins, chefs de service, élus des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), collègues, employeurs, victimes (et leurs proches) à s’être heurtés à un mur de silence, d’incompétence dû le plus souvent à un manque d’expérience mais aussi de bonne volonté.

« Le malaise, je l’entends, mais il n’est pas avéré », déclarait il y a quelques semaines le maire d’une collectivité du Morbihan de plus de 10 000 habitants. C’est l’illustration même du constat que cette tribune souhaite dénoncer afin d’« abattre les murs de silence » pour que les souffrances soient enfin traitées comme elles le devraient.
La solution viendra nécessairement par le recours aux professionnels de la santé au travail et non par une écoute directe de l’employeur et des chefs de service (sauf à avoir les compétences qui leur permettraient alors de comprendre qu’ils doivent laisser les professionnels agir). En attendant la mise en place d’une culture de la prévention des risques psychosociaux, les militants syndicaux accompagnent, un à un, les agents pour faire reconnaître l’origine professionnelle de leur souffrance.
Le statut des fonctionnaires prévoit, depuis 1984, le droit à la reconnaissance des maladies contractées ou aggravées en service. Le parcours du combattant commence quand un médecin atteste du lien entre les symptômes et les conditions de travail. La collectivité doit alors mandater un expert sous trois semaines. Ce dernier est parfois choisi en fonction de ses statistiques d’avis défavorables…
Rappelons que le code de la santé publique garantit aux agents d’avoir accès à la lettre de mission ainsi qu’à l’intégralité du rapport d’expertise les concernant. L’employeur, quant à lui, n’a droit qu’aux conclusions administratives.
Ce processus aboutit à l’avis de la commission de réforme que l’employeur va suivre ou pas. En cas de refus, l’absence de motivation de la décision peut faire l’objet d’un recours en annulation auprès du tribunal administratif. Des contre-expertises sont parfois nécessaires.
Au bout du tunnel, la lumière ? Oui, car l’arrêté d’imputabilité permet l’accès à la prise en charge totale des soins, des salaires et ouvre même droit à une indemnisation du préjudice subi. Sauf si la collectivité territoriale décide de lancer d’autres procédures administratives qui finiront d’épuiser la victime en attente d’un arbitrage de la justice.
Adhérer à une organisation syndicale permet de bénéficier d’un soutien non négligeable dans ce contexte dégradé mais aussi d’augmenter les chances de faire respecter le droit à un travail décent et de rappeler aux élus locaux leur responsabilité d’employeur.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plaidoyer pour que cessent les souffrances des agents publics

Votre e-mail ne sera pas publié

zozothai

10/10/2018 03h57

Si la solution doit nécessairement venir par le recours aux professionnels de la santé au travail et non par une écoute directe de l’employeur …Quid de la responsabilité ?
Il serait peut-être temps de rappeler à nos exécutifs , qu’au même titre qu’un patron dans le privé, ils sont responsables de la santé (physique et mentale) de leurs agents !!!!!

Avec des syndicats non entendus, des médecins du travail quasi-inexistants ou muselés, des tribunaux administratifs débordés …Les agents publiques ont juste le droit de crever dans leur coin !

Voilà ce qui se passe dans nos collectivités !

Nico22

15/11/2018 09h16

Bonjour Jacky,
Je passe par la grande porte de la gazette pour m’adresser à toi avec une petite parenthèse à ton article:

 » Lorsque l’ assureur met en place des pratiques illicites en prévention santé au travail:

-1/après des actions de cyber-malveillances illicites,
-2/ il faut rajouter les techniques d’ingénierie sociale de filiale,
-3/ il est grand temps de dénoncer ce qui fait est fait de cette alliance « couple infernal au travail. »

Sur le plan déontologique, cet assureur ne rempli absolument pas sa mission.
Le risque provoqué, la maladie ou l’accident est un pur produit d’exclusion.

A bon entendeur, nous sommes dans le développement du Pear to Pear de l’insurtech mis en place par ces acteurs, produisant l’or noir au profit de la disruption.

La convention de Budapest est violée.

Nico22

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement