Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Remaniement

Transition écologique et sport : les dossiers chauds des nouveaux ministres

Publié le 04/09/2018 • Par Arnaud Garrigues David Picot • dans : A la une, France

Remaniement CNEWS
Capture d'écran CNEWS
François de Rugy et Roxana Maracineanu succèdent à Nicolas Hulot et Laura Flessel. Bons spécialistes de leur secteur, les nouveaux ministres devront lever les inquiétudes grandissantes des élus locaux face aux baisses de crédit.

C’est finalement l’actuel président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, qui a été choisi pour remplacer Nicolas Hulot comme ministre de la Transition écologique et solidaire. Son profil nettement plus politique que celui de l’ex-présentateur de l’émission de télévision est un gage de stabilité pour ce gouvernement, qui devait jusque-là composer avec la menace d’une démission de M. Hulot.

Agé de 44 ans, cet écologiste pragmatique a connu une carrière très classique, qui a commencé par des fonctions de collaborateur parlementaire et plusieurs mandats locaux. De 2001 à 2008, il fut ainsi adjoint au maire de Nantes chargé des transports et vice-président de la Communauté urbaine Nantes Métropole en charge des déplacements.

Dès 2007, il entame une série de mandats parlementaires (1ère circonscription de Loire- Atlantique) avant d’essayer – en vain – d’obtenir un poste ministériel sous la présidence Hollande.

Au Parlement, François de Rugy s’est fait remarquer par son activisme sur la loi Notre et sur les sujets liés à transparence de la vie publique. Dans nos colonnes, à l’occasion de la primaire de gauche à laquelle il était candidat, il dressait un bilan nuancé de la réforme territoriale portée par François Hollande.

Le test de la programmation pluriannuelle de  l’énergie

Sa carrière politique au sein de plusieurs partis écologistes en fait un bon connaisseur des sujets liés à la transition environnementale. Il revendique cependant une vision plus ouverte et pragmatique que ses anciens collègues du parti EELV (qu’il a quitté en 2015). Il devrait donc à ce titre être plus compatible avec la politique du gouvernement.

Mais ses marges de manœuvre risquent d’être encore plus limitées que celles de Nicolas Hulot, qui a perdu de nombreux arbitrages budgétaires en interministériel. Reste à voir s’il pourra compenser son moindre poids médiatique par une plus grande habilité politique.

Le premier grand dossier sur lequel pourra se mesurer son influence réelle sera la présentation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie pour la période 2023 – 2028, prévue à l’automne, et notamment le rythme fixé pour atteindre l’objectif de 50% de nucléaire dans le mix électrique français à l’horizon 2025. Un objectif que Nicolas Hulot avait estimé impossible à atteindre, et qui nécessitait de proposer un nouvel échéancier.

Mobilités, alimentation, eau … Des sujets à la pelle

La loi d’orientation sur les mobilités, qui est portée par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, doit bientôt être présentée en Conseil des ministres. Un avant-projet de loi (que nous vous avons décrypté) a d’ailleurs été transmis au Conseil d’Etat. En complément, doit aussi être annoncé un plan vélo prévu initialement pour le 7 septembre mais reporté. Les acteurs du secteur appelaient à y consacrer une enveloppe financière de 200 millions d’euros. Ce sera aussi un bon marqueur pour constater le poids du nouveau ministre.

Le projet de loi Alimentation, piloté par le ministère de l’Agriculture, doit poursuivre son parcours parlementaire, avec notamment la question du pourcentage de repas bio dans les cantines, ou encore le sujet du glyphosate. On sait que Nicolas Hulot s’était vivement heurté sur ce sujet avec son homologue à l’agriculture, Stéphane Travert.

Le ministre d’Etat devra également suivre plusieurs sujets sensibles : l’inscription de la « préservation de l’environnement » à l’article premier de la Constitution ; la suite du plan biodiversité, annoncé en juillet dernier ; l’ouverture sans cesse reportée du marché des concessions hydroélectriques ; l’avenir des énergies marines ; ou encore la deuxième phase des Assises de l’eau, avec le sujet épineux de la préservation des ressources.

Une nouvelle ministre pour se réconcilier avec les sportifs

Au ministère des Sports, Laura Flessel, en délicatesse avec le fisc selon Le Canard Enchaîné, laisse la place à une autre ancienne sportive de haut-niveau, Roxana Maracineanu. Agée de 43 ans, l’ancienne championne du monde du 200m dos (1998) et médaillée d’argent aux Jeux olympiques de Sydney (2000) jouit d’une expérience d’élue locale au Conseil régional d’Ile-de-France depuis 2011.

Egalement engagée sur le plan associatif, elle a créé Educateam qui propose des activités de natation pré-/post-natale, de lutte contre l’aquaphobie et encore J’peupa G piscine, basée à Clamart (Hauts-de-Seine). Cette expertise auprès des apprentis nageurs lui a d’ailleurs valu d’être missionnée par le Premier ministre Edouard Philippe en juillet dernier, pour élaborer un plan de lutte contre les noyades.

« Le mur de Bercy »

La nouvelle ministre va affronter d’emblée la grogne du mouvement sportif, fâché par l’austérité budgétaire imposée par un Etat également lancé dans l’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024.

« Laura Flessel s’est heurtée au mur de Bercy », a ainsi déclaré Régis Juanico, député Nouvelle Gauche de la Loire, co-président du groupe de travail Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024. « Elle n’avait pas les moyens de ses ambitions » affirme-t-il.

Roxana Maracineanu les aura-t-elle ? « Accepter le poste de ministre des sports alors que le budget annoncé prévoit une baisse de 6% est courageux », a notamment déclaré Frédéric Alliot, maire adjoint de Saint-Quentin (Aisne) et membre du comité directeur de l’Association nationale des Elus en charge du Sport (ANDES).

Vers une nouvelle gouvernance du sport

Des moyens, il en sera aussi question pour assurer le fonctionnement de la nouvelle agence nationale du sport, dont les collectivités sont parties prenantes. Issue du chantier sur la gouvernance du sport – dont le rapport devait être justement remis ce jeudi 6 septembre, à Laura Flessel – elle doit voir le jour début 2019.

De son côté, Brigitte Klinkert, présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, espère que expérience de Roxana Maracineanu « lui permettra d’être à l’écoute des difficultés rencontrées par les fédérations sportives alsaciennes dans le cadre des fusions imposées par la nouvelle carte régionale. Et pourra également construire des solutions pour faire tomber les nombreux blocages à la pratique du sport en territoire transfrontalier ». L’agenda de la nouvelle ministre s’annonce donc particulièrement dense ces prochaines semaines.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Transition écologique et sport : les dossiers chauds des nouveaux ministres

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement