Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Entretien] Ecologie

« Pas de transition écologique sans aide financière de l’Etat »

Publié le 03/09/2018 • Par Olivier Schneid • dans : A la une, actus experts technique, France

Ronan Dantec - par Gael Arnaud
GAEL ARNAUD
Après l’annonce de la démission de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, le 28 août, Ronan Dantec, sénateur (EELV) de la Loire-Atlantique et conseiller municipal de Nantes, appelle le gouvernement à redéfinir son action avec les collectivités territoriales.

Comment décryptez-vous le départ de Nicolas Hulot du gouvernement ?

Les dernières discussions que j’ai eues avec le ministre et son équipe, au début de l’été, portaient sur le financement de la transition écologique. Il voulait, comme nous, les collectivités, qu’une part de la recette de la contribution climat énergie (CCE) soit affectée aux territoires et à la solidarité. C’était un point clé de sa feuille de route, l’une de ses priorités. Le gouvernement ayant du mal à boucler son budget, j’ai tendance à penser qu’il était conscient d’avoir perdu cet arbitrage. Et que cela a été, avec le nucléaire, un élément de sa décision finale.

Vous n’aviez, vous-même, plus d’espoir d’obtenir satisfaction sur le fléchage d’une partie de cette CCE vers les territoires ?

Les associations de collectivités (AMF, France Urbaine, Régions de France, ADCF…), des réseaux spécialisés et des ONG ont, en juillet, réitéré au gouvernement leur demande que cette fiscalité écologique alimente une dotation climat destinée aux territoires engagés dans un plan climat-air-énergie territorial (PCAET) et un schéma régional. Depuis, on n’a pas avancé. On n’a même pas obtenu la constitution d’un groupe de travail sur le sujet. Et on n’a même plus de ministre… Le problème de ce gouvernement est son refus d’accompagner financièrement les territoires, alors que c’est à ce niveau-là que se jouera la transition énergétique.

Il s’en défend, en vantant, par exemple, le dispositif des contrats de transition écologique (CTE) mis en place cette année…

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Pas de transition écologique sans aide financière de l’Etat »

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

04/09/2018 08h17

C’est une tactique payante que de tout faire pour que l’Etat n’ait plus d’argent; ça permet de faire passer toutes les réformes insupportables et ça permet aussi de ne plus donner des moyens suffisants aux collectivités… Et tout le monde se résigne : y’a plus de sous, ma bonne dame !
Et pour que l’Etat n’ait plus les moyens, c’est facile : il suffit de réduire tout ce qui peut lui amener des ressources et de dilapider celles qui restent dans des dépenses non-prioritaires. (On peut détailler, mais ça prendrait plusieurs pages…)
Le libéralisme, c’est « tout au privé », c’est la disparition de tout ce qui est public, c’est le profit d’abord; donc, pas d’aides financières aux collectivités pour une transition énergétique non-rentable.
Et c’est la politique que nous impose notre appartenance à l’UE…
C’est clair ?
Il y a pourtant une alternative à cette politique destructrice…
Le premier pas vers le retour à une situation normale, c’est d’en prendre conscience.

sirius

04/09/2018 01h03

Faut-il redire que l’écologie ne se résume pas à la transition énergétique mais doit surtout intégrer la protection de la nature . Or les politiques locaux ou nationaux n’ont aucune formation en ce domaine .Ainsi l’ENA reste -elle totalement fermée à ces problèmes . Ne pourrait-on ,sans dépenses supplémentaires, intégrer l’écologie au concours d’entrée ,au cursus et au classement de sortie de cette école ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement