Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Rentrée scolaire

Les collectivités maintiennent leurs coups de pouce aux écoliers

Publié le 31/08/2018 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

AdobeStock_104330101_zadorozhna
zadorozhna / Adobe Stock
De la simple trousse à l’ordinateur, des collectivités offrent un peu plus aux familles que la seule dotation de fonctionnement aux écoles. La baisse des aides de l’État ne semble pas avoir infléchi leur politique. Tour d'horizon (non-exhaustif) à travers quelques exemples.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lourde pour le porte-monnaie familial, la rentrée scolaire pèse aussi sur le budget des communes et intercommunalités, dès lors qu’elles réservent une ligne budgétaire à une dotation supplémentaire en faveur des écoliers. Certes, toutes participent au fonctionnement des établissements maternels et élémentaires, mais certaines font un peu plus. La baisse des dotations a incité les élus à mieux flécher chaque euro, mais qu’ils restent dans le geste symbolique ou soutiennent plus fortement les familles, aucun ne se hasarde à annoncer la suppression pure et simple d’un dispositif existant.

Il est difficile d’établir un tableau exhaustif, car les collectivités volontaires fixent leurs propres règles, parfois même sans en assurer la promotion. « Comme il n’y a rien d’obligatoire, nous n’avons aucune donnée », s’excuse l’Association des maires de France (AMF), quand les groupements de parents d’élèves – que ce soit la fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (Peep) ou la fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) – ne parviennent pas, non plus, à obtenir de retours de leurs équipes en régions.

Néanmoins, des exemples, ici ou là, permettent d’identifier à la fois des communes qui maintiennent sans changement des dispositifs quasi ancestraux, certaines qui ont modulé l’aide en fonction de leurs contraintes budgétaires, et d’autres, tout de même, qui créent ou agrandissent le champ d’un dispositif.

Des choix politiques

Le premier constat est que ces coups de pouce constituent de véritables choix politiques. Le second,

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les collectivités maintiennent leurs coups de pouce aux écoliers

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement