Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

finances locales

Le Perthus prélèvera finalement les impôts locaux

Publié le 30/08/2018 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Régions

Le_Perthus_2011_19_WikimediaCommons1
Bertrand Grondin / WikimediaCommons
Il n’y aura pas d’année blanche à la frontière espagnole : les habitants du Perthus devront acquitter leurs impôts locaux, le préfet n’ayant pas suivi les recommandations de la chambre régionale des comptes d'Occitanie.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le rêve aura été éphémère pour les habitants du Perthus (Pyrénées-Orientales, 586 hab.). Malgré les recommandations de la chambre régionale des comptes d’Occitanie, qui, évoquant une « abondance de recettes non employées », jugeait le budget de la commune trop excédentaire et préconisait des taux à 0 pour la taxe d’habitation et le foncier, les contribuables devront bien acquitter leurs impôts locaux.

Ainsi en a décidé le préfet qui n’a pas voulu faire d’exception pour ces frontaliers et a décidé d’appliquer des taux identiques à ceux de 2014.

Le conseil municipal bientôt dissout ?

Chaque année, les recettes de stationnement permettent à la localité de percevoir 800 000 euros en moyenne. Et si elle ne parvient pas à les dépenser, ce n’est pas faute de manquer de projets, mais en raison de désaccords au sein de l’équipe municipale, qui ont provoqué un blocage du budget depuis deux ans.

Jugée « satisfaisante » par la maire, Marie-Hélène Ruart-Lucquin, la décision du préfet n’a pourtant pas débloqué la situation. Souhaitant éviter que le problème des impôts locaux ne se pose de nouveau d’ici les élections de 2020, la première magistrate a confié avoir déposé une demande de dissolution du conseil municipal du Perthus au ministère de l’Intérieur.

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Perthus prélèvera finalement les impôts locaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement