Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Quand les maires ne vont pas bien, c’est la République qui va mal

[Opinion] Philippe Laurent

Quand les maires ne vont pas bien, c’est la République qui va mal

Publié le 28/08/2018 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions, Tribune

echarpe-maire-illustration
AdobeStock
Surgie dans l'actualité en plein cœur de l'été, la vague de démissions sans précédent de maires a suscité de nombreux commentaires et analyses, ainsi que de multiples débats et interventions dans la presse et sur les ondes. Philippe Laurent, maire de Sceaux et secrétaire général de l'Association des maires de France, considère qu'avant toute autre considération, ces élus démissionnaires souffrent du désintérêt de l'Etat central.
Philippe Laurent

Philippe Laurent

Maire de Sceaux et Secrétaire général de l'Association des maires de France

Nul n’ignore plus les principales causes de le vague de démissions de maires relevée cet été par la presse. Elle dépasse largement les démissions habituelles pour raisons personnelles, et qui concerne principalement des communes comptant un faible nombre d’habitants (mais pas seulement) :

  • baisse des dotations (non annoncées lors des élections de 2014) ;
  • incertitudes quant à la compensation de la suppression de la taxe d’habitation ;
  • relations complexes et de plus en plus distantes avec les nouvelles intercommunalités XXL ;
  • transferts de compétences imposés et estimés inutiles, voire destructeurs de services, perte d’influence du maire (et donc de sens pour le mandat municipal) ;
  • manque de considération du pouvoir central.

Mais on parle finalement assez peu des conséquences de ce mouvement, qui risque de s’amplifier et de conduire à des difficultés à pourvoir les listes de candidats en 2020 (en tout cas, de candidats de qualité prêts à un engagement sincère et désintéressé au service du territoire et de ses habitants).

D’aucuns, au plus haut niveau, en tirent d’ailleurs la conclusion que, puisque les maires démissionnent, la commune elle-même n’aurait plus vraiment de raison d’être, selon un habile renversement dialectique, qui fait de la commune un simple échelon de gestion administrative, qu’il convient de « rationaliser ».

La commune est d’abord la représentation de l’Etat au niveau local

Ceux-là méconnaissent l’Histoire. Ils oublient qu’en France, c’est l’Etat qui a créé la Nation, et non l’inverse. Et que la commune est d’abord la représentation de l’Etat au niveau local. L’Etat républicain repose sur deux piliers : le gouvernement, d’une part ; le tissu des communes, d’autre part. Le maire est le représentant de l’Etat dans la commune. Et seuls l’Etat et la commune disposent de la «compétence générale» pour gérer les affaires publiques.

Cette situation est propre à la France et c’est pourquoi, par exemple, il est absurde de comparer le nombre de communes en France et dans d’autres pays, puisqu’on ne compare pas la même réalité.

C’est sur cet équilibre original, entretenu à travers le temps par la singulière relation entre le maire et le préfet, et dont témoigne l’engagement constant et spontané des maires lorsque l’essentiel est en jeu, que repose le bon fonctionnement de notre système républicain. Et cette dimension politique et institutionnelle du maire et de la commune n’a évidemment que peu à voir avec des questions de gestion.

La démission d’un maire, c’est l’Etat qui s’effiloche, c’est la République qui va mal.

Ainsi, lorsqu’un maire démissionne parce qu’il ressent ce qu’il interprète comme un désintérêt de l’autre composante de l’Etat, il en souffre non pour lui-même, mais pour son territoire, ses concitoyens et la République. La démission d’un maire, c’est l’Etat qui s’effiloche, c’est la République qui va mal.

A mal interpréter le phénomène, à ne pas y prêter suffisamment attention et à le traiter sous le seul angle de la gestion, le pouvoir central ne commet pas seulement une erreur politique, il se rend coupable d’une faute à l’égard de la République.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Quand les maires ne vont pas bien, c’est la République qui va mal

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

29/08/2018 05h42

D’un homme politique responsable, on attend plus que des constats et des regrets…
Monsieur Laurent n’a pas vu venir les baisses de dotations des collectivités, pas plus que toutes les réformes de ce gouvernement ; il ne sait pas que c’est l’UE qui nous impose sa politique à travers les fameuses Gopés. Il ne sait pas non plus, qu’elle a décrété qu’il y avait trop de communes en France… et il n’a pas réalisé non plus que nous n’étions plus vraiment en démocratie !
Il est temps qu’il regarde les conférences de l’UPR qui lui expliqueront tout ça ! 🤭😏

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement