Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Infrastructures

Routes et ponts : les collectivités dans le collimateur

Publié le 24/08/2018 • Par Arnaud Garrigues • dans : actus experts technique, France

Pont Mathilde à Rouen. Sa fermeture il y deux ans a été une catastrophe car la ville a été embolisée par des circulations parasites", selon Philippe Duron, ex député du Calvados et ancien maire de la ville.
Pont Mathilde à Rouen. Sa fermeture il y deux ans a été une catastrophe car la ville a été embolisée par des circulations parasites", selon Philippe Duron, ex député du Calvados et ancien maire de la ville. CC Frédéric Bissonn/Flickr
Après l'effondrement du Viaduc de Gênes en Italie et la sortie d'un rapport sur l'état du réseau national routier non concédé, le débat se déporte maintenant sur l'état des infrastructures de transports gérées par les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’écroulement du viaduc de Gênes en Italie, le 14 août, est l’un des évènements marquants de l’été. Avec un lourd bilan sur le plan humain (43 morts et de nombreux blessés) et des conséquences importantes sur les déplacements et l’économie italienne, il a inévitablement conduit chaque pays à s’interroger sur l’état de ses ponts, et plus généralement de ses infrastructures de transports.

Ainsi, depuis quelques jours, la polémique bat son plein en France. D’autant que la publication d’un rapport d’experts (commandé par le ministère des Transports) sur l’état du réseau national non concédé avait déjà commencé à attiser les braises.

La part infime gérée par l’Etat

L’Etat ne s’occupe que d’une infime partie du réseau routier français, qui compte environ un million de kilomètres de routes et 250 000 ouvrages d’art (ponts, tunnels, etc). Sur ce total, la part gérée par l’Etat (via les Directions interdépartementales des routes) n’est que de 11 412km (1,14%) et 12 000 ouvrages d’art, tandis que 9000 autres kilomètres d’autoroutes sont concédés à des opérateurs privés. Ces derniers sont d’ailleurs en très bon état, du fait de la manne financière qu’ils retirent des péages autoroutiers.

Lors du compte rendu du conseil des ministres du 22 août, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a voulu éteindre le début de polémique en rappelant  que le gouvernement avait déjà augmenté de 100  millions d’euros les investissements annuels sur ce réseau national non concédé, en les portant à 800 M€. « Sur  la base de l’audit, la programmation va être augmentée de 800 à 850 M€ en 2022 et à 950 M€ en 2023 », a-t-il ajouté. Le rapport appelait quant à lui à porter cette somme à hauteur de 1,3 milliard d’euros en moyenne par an pour l’entretien et la remise en état du réseau.

Voir le compte rendu (à partir de 9’19)

Dans ce rapport, il est également indiqué qu’il faudrait réaliser des réparations sur 30 % de ces 12 000 ponts et que 7 % d’entre eux présenteraient « à terme un risque d’effondrement ».

Interrogé sur ce point précis, Benjamin Griveaux a tenu à souligner qu’il « n’y a pas de situation d’urgence : 30% nécessitent des réparations mais la grande majorité pour des travaux mineurs, et 7% des légers travaux et ne présentant pas de dangerosité. La situation française ne peut en aucun cas être comparée à la situation en Italie ».

Quid des collectivités locales

La question se pose désormais de savoir quel est l’état des infrastructures gérées par les collectivités, qui constituent l’immense majorité des équipement du pays. Le sénateur centriste de l’Eure Hervé Maurey

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Routes et ponts : les collectivités dans le collimateur

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement