La « politique du territoire disruptive » de Jean Viard
Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

La « politique du territoire disruptive » de Jean Viard

Publié le 21/08/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : Documents utiles, France

Jean Viard
Marianne Casamance/Wikimedia commons
Dans un essai pour « un nouveau pacte territorial », Jean Viard, directeur de recherche au CNRS et macroniste, appelle le Président de la République à mettre en place un droit à la métropole pour tous et à la création de nouveaux mandats locaux. Interview.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le sociologue Jean Viard, ancien candidat LREM aux dernières législatives, a publié au coeur de l’été une note qui se veut une boussole pour l’action territoriale d’Emmanuel Macron, en froid avec les élus locaux.

Intitulée « Pour une politique du territoire disruptive » – dans la plus pure langue macroniste – et publiée sous forme d’essai par la Fondation Jean Jaurès sous le titre Redessiner la France. Pour un nouveau pacte territorial, il nous en livre les principaux enseignements.

Pourquoi décider de plancher sur « un nouveau pacte territorial pour redessiner la France » alors que les notes sur le rôle des métropoles et de la France de la ruralité n’ont cessé de se multiplier ces derniers mois ?

En ce moment, il existe principalement des réflexions éparses alors que deux grands sujets obligent à remettre sur le métier la pensée territoriale. D’abord celui des politiques agricoles qui revient toujours à travailler sur la situation des agriculteurs sans jamais penser aux terres arables. On aménage donc le territoire français sans se poser la question de la sanctuarisation des terres agricoles. Pourtant, les protéger bloquerait l’étalement urbain et permettrait de prendre enfin le temps de réfléchir à l’avenir de la ville.

Seconde réflexion à mener : celle de l’accélération du numérique dans les métropoles. Contrairement à un discours de fond qui se fait de plus en plus fort, il faut défendre les aires métropolitaines. Paris est la ville qui accueille le plus de scientifiques au monde et nous avons en France plusieurs autres métropoles qui ont un rayonnement européen. A nous de faire valoir ces atouts.

N’est-ce pas prendre le risque de fragiliser la cohésion sociale que de s’appuyer seulement sur ces aires métropolitaines alors que le reste du territoire français peine à trouver sa place dans la mondialisation ?

Aujourd’hui, 60% du PIB français est créé au cœur des très grandes métropoles et plus de la moitié rien qu’en Ile-de-France. Il y a donc d’un côté une classe innovante, métropolitaine et de l’autre une foule qui s’installe de plus en plus loin des villes et des nœuds de circulation. Il faut donc se demander comment créer un nouvel ascenseur social qui ne devrait plus permettre d’aller du bas vers le haut de la société mais bien de la périphérie vers le centre. C’est ce que j’appelle « l’ascenseur social horizontal ». Pour cela, il faut parvenir à faire entrer le territoire hors métropoles dans la réalité et dans l’imaginaire des grandes villes.

Pour y arriver, il faut d’abord accepter de cesser d’investir massivement dans une impossible égalité des territoires. Et assumer que les territoires éloignés des grandes métropoles vont en partie être oubliés. La chance de la France est que le tourisme se concentre pour partie sur ces territoires vidés, notamment en montagne et dans le sud. Il ne faut donc pas hésiter à parler de droit à la métropole, même si on en vit loin.

Que voulez-vous dire ?

Ce droit impliquerait que l’essentiel des politiques des grandes régions se transformerait en politiques horizontales d’échange et de complémentarité pour les loisirs, les études, la santé, l’énergie… On pourrait également envisager de fusionner les départements avec les métropoles régionales. De cette façon, les départements ruraux deviendrait des acteurs régionaux qui seraient consultés par les présidents des Hauts-de-France, du Grand Est…

Les associations d’élus demandent toutes aujourd’hui à ce qu’on ne touche plus à la carte territoriale et Emmanuel Macron s’y est d’ailleurs engagé pendant la campagne. N’avez-vous pas l’impression de nager à contre-courant ?

La question n’est pas de savoir s’il faut refaire ou non une réforme territoriale, mais ce qui est utile ou pas. Je fais partie de ceux qui ont soutenu le redécoupage territorial mené par François Hollande. Cependant, la loi Notre a donné une métropole à tous les habitants. Et beaucoup d’élus se sont battus pour avoir « leur » métropole. Certes, j’entends les inquiétudes des élus locaux. Je les connais bien, j’ai d’ailleurs moi-même été vice-président de la Communauté Urbaine Marseille-Provence-Méditerranée (PS).

Mais, le fait métropolitain n’est pas un titre ou une sorte de légion d’honneur. C’est avant tout un processus socio-économique avec des réseaux de transports, des connexions universitaires, des pôles de technologie. Ce n’est pas sérieux de dire que Strasbourg ou Brest sont des métropoles quand on a ces critères en tête. La nouvelle hiérarchie mondiale est celle des villes-mondes et la France ne peut pas accepter de passer à côté de ce phénomène pour ne pas froisser ceux qui aiment jouer aux petits présidents dans leurs territoires.

Vous prônez également une démocratie de la proximité. La France fait pourtant déjà partie des pays avec le plus d’élus locaux…

Aujourd’hui, il y a en moyenne un élu par famille dans les villages, et un élu pour 1 000 habitants dans les grandes villes. Il y a donc un fossé de représentativité qu’il faudrait résoudre, tout particulièrement dans les métropoles. On pourrait par exemple créer des mairies de secteur dans les métropoles. Elles auraient un vrai pouvoir, contrairement aux mairies d’arrondissement de Marseille, Lyon et Paris. Un conseil des maires métropolitains pourrait ainsi dialoguer avec le président de la métropole et apporter une vraie analyse de terrain.

Autre proposition de votre note, instituer dix jours de voyage en France pour tous les jeunes de 16 ans. Cela serait une autre façon d’organiser « le droit à la métropole pour tous » que vous réclamez. Pourquoi ?

Ces dix jours de voyage qui seraient financés en utilisant les logements étudiants vides, en s’appuyant sur les billets non vendus de la SNCF, permettrait à chaque adolescent de découvrir les grandes villes de France. On pourrait imaginer que la moitié du service national obligatoire qui devrait être prochainement mis en place pourrait être destiné à cet usage. Charge aux collectivités de mettre en avant la culture de chaque territoire lorsque les adolescents seront de passage.

Que vont devenir vos propositions ?

Je sais qu’elles sont en train d’être soigneusement lues par ceux qui décident.

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La « politique du territoire disruptive » de Jean Viard

Votre e-mail ne sera pas publié

Gump

22/08/2018 02h10

Au moins M. Viard assume qu’il faille rayer du fronton de chaque Mairie le mot Egalité.
Devenir urbain et même métropolitain est donc une fin en soit, assez loin des aspirations de ces mêmes urbains puisque 69% des franciliens souhaitent quitter la Région…

Henri Tanson

22/08/2018 02h25

Attention les oreilles; on dirait du Macron dans le texte…

– La « politique du territoire disruptive » de Jean Viard
– pensée territoriale
– l’accélération du numérique
– d’un côté une classe innovante – de l’autre une foule…
– comment créer un nouvel ascenseur social qui ne devrait plus permettre d’aller du bas vers le haut de la société mais bien de la périphérie vers le centre
– « l’ascenseur social horizontal »???!!!
– il faut parvenir à faire entrer le territoire hors métropoles dans la réalité et dans l’imaginaire
– une impossible égalité des territoires
– assumer que les territoires éloignés des grandes métropoles vont en partie être oubliés
– Il ne faut donc pas hésiter à parler de droit à la métropole
– On pourrait également envisager de fusionner les départements avec les métropoles régionales.
– la loi Notre a donné une métropole à tous les habitants
– le fait métropolitain
– Ce n’est pas sérieux de dire que Strasbourg ou Brest sont des métropoles quand on a ces critères en tête.
– villes-mondes
– il y a en moyenne un élu par famille dans les villages
– « le droit à la métropole pour tous »
– en utilisant les logements étudiants vides, en s’appuyant sur les billets non vendus de la SNCF
– la moitié du service national obligatoire qui devrait être prochainement mis en place pourrait être destiné à cet usage. Charge aux collectivités de mettre en avant la culture de chaque territoire…

On en pense ce qu’on veut; mais c’est assez inquiétant, non ?

Facile

22/08/2018 02h57

Que des bonnes idées… mais imaginées par quelqu’un qui n’habite pas au cœur de la France rurale.

C’est vrai, il existe une compétition internationale et la France doit y trouver sa place. Faut-il pour au temps délaisser les autres territoires?

un du 12

22/08/2018 05h49

Je me sens parfois oublié vu ma localisation et pourtant, je pense que Jean Viard n’a pas totalement tort pour peu que l’on pose les choses sereinement et que l’on aille jusqu’au bout pour une fois.
J’ai envie de dire oui aux métropoles :
– pourvu qu’on arrête les demi-réformes comme on a pu en connaître (l’Occitanie est une caricature de l’échec de nos tentatives de faire évoluer les choses avec cette incapacité à choisir entre Toulouse et Montpellier…)
– pourvu qu’elles irriguent tout leur territoire (ce qui reste à construire) car tout le monde ne peut pas vivre dans la métropole
– pourvu surtout qu’il soit bien question de métropoles et pas seulement de Paris car aujourd’hui, j’a peur que le jacobinisme centralisateur revienne en force et qu’il soit d’abord question de Paris et du reste du pays plus que des métropoles et de leur territoire (mais je ne vise par Jean Viard par ces propos).

L’égalité des territoires est et a toujours été relative. Qu’est-ce que le territoire ? Le pense-t-on en distance ? En temps ? Comment le vivons-nous ? Quelle est sa réalité ? Non, le territoire du XXIe siècle n’est pas celui du XIXe. Oui, il faut accepter le fait que certaines communes n’en ont que le nom et ne sont plus légitimes, comme il faut accepter que des gens puissent vivre sur ces territoires, mais je peux comprendre que si je vais vivre au fin fond de mon département, je ne pourrais pas prétendre tout à fait aux mêmes services que si je reste dans sa petite préfecture…

Il faudrait pouvoir discuter cela de façon sereine, avoir de la considération pour chacun et non de la condescendance, etc. : un voeu pieux…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement