Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politiques culturelles

Culture : les 8 points d’interrogation de la rentrée

Publié le 21/08/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

Bottle with question
©joserpizarro via Adobe Stock
Dans le secteur culturel, la fin de la parenthèse estivale s’annonce marquée par beaucoup de points d’interrogation. Plusieurs décisions devraient en effet tomber au cours du dernier trimestre. En attendant, les professionnels doivent composer avec une forme d'incertitude.

Rarement une rentrée s’est faite dans un environnement aussi instable. Un contexte qui touche beaucoup de professionnels : archivistes, bibliothécaires, responsables de festivals, professionnels du patrimoine, porteurs de projets solidaires… Voici les principaux points d’interrogation.

1 – Y aura-t-il assez d’argent pour sauver le patrimoine en péril ?

Première question de la rentrée : quel sera le rendement du Loto du patrimoine ? Le premier jeu de grattage sera lancé le 3 septembre, et un tirage spécial du Loto aura lieu le 14 septembre. Deux rendez-vous qui devraient livrer rapidement des tendances.

Professionnels du patrimoine et détenteurs de sites en péril commencent à s’inquiéter : les échos en provenance de la collecte de fonds organisée directement par Stéphane Bern et la Fondation du patrimoine font état de résultats inférieurs aux attentes. Selon Le Parisien du 5 août, seul 1,3 million d’euros a été récolté en deux mois, loin des 810 millions nécessaires pour compléter le financement  de la restauration des 2000 sites identifiés dans toute la France (soit un total de 2,5 milliards de travaux).

2 – Comment l’Etat va-t-il réorganiser sa gestion du patrimoine ?

Début juillet, Françoise Nyssen a confié à Philippe Belaval, président du Centre des monuments nationaux, un « audit » pour évaluer l’organisation de l’administration du patrimoine par l’Etat. Nombre de professionnels redoutent une disparition pure et simple de la direction générale des patrimoines dans le cadre d’une refonte complète de l’administration du patrimoine pilotée par l’Elysée et Matignon.

3 – Les postes stratégiques de la Rue de Valois vont-ils rester sans titulaires ?

Depuis février dernier, le ministère de la Culture perd un à un ses directeurs de département. Pour ce qui est du patrimoine, les fauteuils de direction sont vides aux Archives de France et au Service des musées de France (1). Quant à la direction générale des patrimoines, elle a, depuis cet été, un pilote par intérim en la personne de Jean-Michel Loyer-Hascoët, jusqu’ici directeur adjoint. Beaucoup des professionnels de ces secteurs voient dans ces vacances de postes une situation d’attentisme dans l’attente  de la refonte de l’organisation de la gestion du patrimoine par l’Etat.

Du côté de la direction générale de la création artistique (DGCA), le directeur-adjoint, Pascal Perrault, a repris le 3 août, par interim, le flambeau de Régine Hatchondo, partie à Arte.

© jenifoto via Adobe Stock

© jenifoto via Adobe Stock

 4 – Un projet de loi sur les bibliothèques sera-t-il élaboré ?

Après des années de débat interne  sur la question de savoir si une loi consacrée aux équipements de lecture publique serait souhaitable ou pas, l’Association des bibliothécaires de France (ABF) a tranché la question lors de son congrès annuel en juin dernier : sa réponse est oui.

La position du ministère de la Culture est moins claire. Après avoir fait plancher les juristes du projet de recherche Biblidroit, le Service du livre et de la lecture se montre plus réservé. Par ailleurs, l’entourage de Françoise Nyssen hésite à laisser la ministre « s’exposer » dans un débat parlementaire.

5 – Quels seront les festivals éligibles aux subventions publiques ?

Le « référent permanent pour les festivals » auprès de la ministre de la Culture, Serge Kancel,  a soumis cette dernière une grille de critères pour déterminer quels événements – tous champs culturels confondus – relèvent du soutien public (2).  La locataire de la Rue de Valois devrait rapidement annoncer si elle valide cette grille, dans sa totalité ou en partie. A la suite de quoi une circulaire devrait être publiée.

© Pavel Losevsky via Adobe Stock

© Pavel Losevsky via Adobe Stock

6 – L’Etat prendra-t-il des mesures pour lutter contre la concentration dans le spectacle vivant ?

Une mission interministérielle Culture-Finances va commencer à examiner la question à l’automne. La concentration grandissante dans le secteur du spectacle vivant est actuellement une des préoccupations majeures des professionnels : la survie économique des festivals les plus fragiles et la préservation de la diversité culturelle sont en jeu.

7  – Comment l’Etat va-t-il faire évoluer la collecte des archives ?

Le Service interministériel des archives de France (SIAF) a engagé une démarche de concertation autour de la révision des modalités de collecte des archives. Après une première consultation en ligne des archivistes et des usagers, le SIAF a livré un état des lieux du débat et des pistes envisagées. Un certain nombre de pistes et d’éléments de débat sont maintenant sur la table. Le SIAF invite les parties prenantes à en analyser les enjeux, en vue de soumettre des propositions à la ministre de la Culture.

8 – L’ESS culturelle va-t-elle pouvoir décoller  ?

Lors des débats professionnels organisés en marge du Festival d’Avignon, le haut-commissaire à l’ESS (économie sociale et solidaire) et à l’innovation sociale et la directrice de cabinet de la ministre de la Culture ont annoncé des mesures envisagées pour l’automne. Reste à connaître le calendrier et la force de l’impulsion qui sera donnée à ce secteur prometteur en termes de créativité et de renouveau des démarches culturelles, mais économiquement très fragile.

 

Références

Notes

Note 01 Dans les cas des Archives de France et des Musées de France, il s’agit du pilotage de réseaux où les services et équipements territoriaux occupent une place importante. Retour au texte

Note 02 Les critères envisagés sont : la qualité de la programmation, la contribution à la diversité culturelle, l’effort d’ouverture à de nouveaux publics, la dynamique apportée au territoire, la mise en valeur du site ou du monument choisi, l’impact sur l’économie du secteur, « l’exemplarité » sur des sujets comme l’accès des personnes handicapées, l’égalité hommes-femmes, le développement durable. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Culture : les 8 points d’interrogation de la rentrée

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement