Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Documents utiles
  • Les quartiers prioritaires de la politique de la ville « jouent le plus souvent un rôle de sas »

Politique de la ville

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville « jouent le plus souvent un rôle de sas »

Publié le 08/08/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : Documents utiles, France

banlieue-quartier-QPV-politique-ville
Bruno Bernier / AdobeStock
L'Observatoire national de la politique de la ville consacre son rapport annuel au thème de la mobilité résidentielle. Il constate que le taux de mobilité des ménages des quartiers prioritaires est comparable à celui des ménages des autres quartiers de l’unité urbaine, même si les QPV peuvent servir de "sas" aux populations momentanément fragilisées.

« Quartiers prioritaires, effet sas ou effet nasse ? », s’interroge l’Observatoire national de la politique de la ville dans son rapport annuel 2017 publié fin juillet. A cette question, il estime que ces quartiers jouent davantage un rôle de sas, en abritant « les personnes en difficulté jusqu’à ce que leurs situations s’améliorent et qu’ils déménagent ensuite dans un autre quartier ».

La mobilité résidentielle est cependant comparable à celle constatée dans les autres quartiers de l’unité urbaine. Ainsi, entre 2015 et 2016, près d’un habitant sur huit de ces quartiers a déménagé, soit 12,6 %, contre 12,1 % ailleurs. Six ménages sur dix des QPV changeant de résidence principale emménagent dans un logement hors QPV (59 %).

De la même manière, en quartier prioritaire ou ailleurs, la mobilité résidentielle d’un locataire du parc social est deux fois moindre par rapport à un autre locataire. Si les nouveaux arrivants en quartier prioritaire sont généralement plus pauvres et plus jeunes que les résidents et les partants, la situation n’est pas homogène. « Dans quelques quartiers prioritaires, plutôt petits, les arrivants disposent d’un niveau de vie supérieur aux ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville « jouent le plus souvent un rôle de sas »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement