Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus

« Je ne me prends pas pour une super-fonctionnaire territoriale »

Publié le 30/07/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Marianne dans une mairie
Fotolia
Première magistrate de la nouvelle génération, Sophie Rigault (LR) a été élue à 31 ans l'an dernier à la tête d'une commune de 20 000 habitants, Saint-Michel-sur-Orge. Pour elle, « le maire est un élu à portée de baffe » qui « n'a pas à devenir un gestionnaire et un technicien ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Vice-présidente du conseil départemental de l’Essonne en charge des sports, de la jeunesse et de la vie associative, Sophie Rigault (LR) s’est hissée l’an dernier au fauteuil de maire de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne). Dans une interview à La Gazette, elle explique comment elle conçoit son rôle.

Comment appréhendez-vous votre mandat de maire ?

Il n’existe pas de modèle type. Ma marque de fabrique repose sur la proximité et la réactivité dans mes relations avec les habitants et les agents. J’aime les échanges directs. Le maire est un élu de terrain qui reste à portée de baffe. Il n’a pas à devenir un gestionnaire et un technicien.

Qu’entendez-vous par là ?

Je ne me prends pas pour une super-fonctionnaire territoriale. Pour moi, le maire est le patron, par essence, de l’entreprise communale qui supervise des métiers très différents. Il est là pour régler les petits problèmes du quotidien et tracer des perspectives à quinze ou vingt ans. Ce n’est pas facile dans la culture de l’immédiateté et des réseaux sociaux où des gens, bien cachés derrière leurs ordinateurs, vont au clash avec les élus locaux. Nous vivons la crise démocratique au quotidien. Le mandat est devenu plus dur qu’il y a dix ans. Il y a de moins en moins de moyens et de plus en plus d’attentes.

Le mandat de maire a-t-il vocation à devenir un métier à part entière ?

Non. C’est une parenthèse dans une vie professionnelle. La réduction des mandats va passer par là… Au bout de quatre ou cinq mandats, les élus n’ont plus la même énergie.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Je ne me prends pas pour une super-fonctionnaire territoriale »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement