Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Vers une gestion préventive de la radicalisation

Publié le 20/08/2018 • Par Caroline Garcia • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, Innovations et Territoires, Régions

Frederic Vigouroux_maire Miramas
©Marion Bouillet Marie de Miramas
La ville de Miramas a installé en début d'année la première des neuf cellules municipales d’échange sur la radicalisation créées dans les Bouches-du-Rhône. Retour d'expérience.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Miramas, Bouches-du-Rhône, 25 600 hab.] Depuis le début de l’année, la commune de Miramas dispose de sa cellule municipale d’échange sur la radicalisation (CMER). Un concept développé par le cabinet spécialisé ERM et testé dans une trentaine de villes depuis 2015. Installé le 5 décembre 2017 par le préfet départemental de police et le maire de Miramas, ce nouveau groupe local doit permettre d’améliorer l’identification en amont de personnes en voie de radicalisation, de déployer préalablement des mesures de prise en charge sociale et d’organiser un échange d’informations entre l’Etat et les mairies.

« L’intérêt de travailler à cette échelle est d’affiner le filtre local, de traiter plus vite et mieux les cas remarqués en se rapprochant du terrain, mais aussi d’alléger le travail de la cellule départementale en agissant plus tôt, par le biais de mesures sociales », détaille le préfet de police, Olivier de Mazières. Si les maires n’ont pas attendu l’organisation de tels groupes pour faire remonter leurs informations aux services de l’Etat, la CMER leur proposera désormais un cadre de travail. Et leur permettra d’être informés de cas repérés dans leur commune.

Action sociale ou répression ne sont pas les seules réponses

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vers une gestion préventive de la radicalisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement