Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Tour de France

Ces agents des routes sans qui le Tour de France « serait impossible »

Publié le 18/07/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

Tour de France 3
Capture d'écran France 3 via Twitter
Le Tour de France, un évènement mondial dont on connaît tous les dessous, vraiment ? Chaque année, ce sont plus d'une dizaine d'agents des routes qui permettent à la Grande boucle de rouler en toute sérénité. Une belle récompense pour ces fonctionnaires des départements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La route défile derrière les vitres de l’habitacle d’un véhicule jaune fluo, joliment habillé du logo « Avec les départements, ça roule ». A quelques mètres de là, plusieurs camions de la caravane publicitaire dont les hauts-parleurs crachent des slogans sous un soleil de plomb. Au volant, Frédéric Bonnaire, agent des routes de l’Isère.

On est pourtant très loin du quotidien de ces fonctionnaires territoriaux dont le métier est d’entretenir la voirie départementale tout au long de l’année. La mission de cette dizaine d’agents des routes, véritable task force du Tour de France, sur le pont pendant trois semaines ? Assurer la signalisation sur chaque étape et sécuriser le parcours qui traverse plus de trente départements.

Pose de panneaux et « Gros Léon »

Levée à quatre heures du matin pour afficher la signalétique qui s’adresse aux cyclistes, la patrouille qui part en éclaireuse prépare chaque jour le passage de la Grande Boucle. Au programme, la pose de plusieurs milliers de panneaux qui signalent les ronds-points, les rétrécissements, les passages à niveau…

Et un moment « privilégié pour faire remonter le plus d’informations sur le parcours à nos collègues qui vont continuer le travail après notre passage », détaille Justine Canessa, seule femme de l’équipe présente sur la Grande Boucle.

« Gros Léon » entre en effet en piste un peu plus tard dans la journée, environ une heure et demi avant le passage des cyclistes. Ce camion équipé d’un balai hydraulique à l’avant et d’une cuve de 2 000 litres d’eau à l’arrière, prêté par le département des Vosges, permet de refroidir la chaussée et de nettoyer la route si nécessaire.

Le signal que les coureurs arrivent

« C’est désormais la mascotte du tour », s’amuse Grégory Villaume, son conducteur. Les gens nous connaissent bien et nous saluent toujours. Quand on arrive, c’est que les cyclistes ne sont plus très loin » sourit le Vosgien.

Une sorte de ballet routier orchestré par André Barcala, le coordinateur de l’équipe d’ADF. Véritable «Bison futé» du Tour, il intervient tous les matins au village de départ pour présenter le parcours, accompagné d’un représentant de chaque département traversé. On le retrouve également à l’antenne de RMC chaque après-midi pour présenter le parcours et ses difficultés.

« Tout le travail qui est fait sur la route du Tour repose surtout sur les équipes départementales qui entretiennent la voirie toute l’année et mettent encore plus le paquet une fois que le tracé du tour est défini », explique celui qui planche aussi sur le Paris-Nice et le Paris-Roubaix. « Sans eux, la course serait presque impossible », continue ce nostalgique de Bernard Hinault.

3 000 agents empruntent la route à vélo tous les étés

Et pour cause : plus de 3 000 agents se mobilisent en juin pour enfourcher leur vélo et effectuer une étape de reconnaissance. L’aboutissement d’un travail de neuf mois, dès que le tracé de la course est connu. Une belle publicité pour les départements donc qui se servent aussi de la Grande boucle en guise de vitrine touristique.

Cette année, l’ADF a choisi de mettre à l’honneur les fromages français des territoires. Chaque conseil départemental choisit une liste de fromages qu’il transmet à l’ADF, souvent sélectionné parmi les meilleurs ouvriers de France. Puis la sélection se fait sur recommandation du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière. En partenariat avec Radio France Bleu, l’ADF remet chaque jour un « maillot bleu » à un auditeur et au coureur local de l’étape.

Du folklore qui plaît juge Karine Lassus, en charge de la communication sur les routes du Tour pour l’ADF depuis trois ans. « Les gens en redemandent ! » témoigne-t-elle. « Et quel plaisir quand les coureurs reconnaissent le travail que nous faisons. Cette année, nous ne les avons pas encore croisés mais l’an dernier, à Düsseldorf, en Allemagne, nous avons discuté avec des cyclistes qui remarquent notre travail et l’apprécient. »

L’ADF met la main à la poche

Toutes les courses ne sont pas en effet pas aussi bien sécurisées. Exemple avec le tour d’Italie, régulièrement victime d’accidents souvent évitables pour cause de route mal préparée…

Une belle réputation de sérieux donc pour les départements et leurs agents des routes qui a toutefois un coût pour l’ADF. C’est elle qui prend en charge l’indemnité des agents pendant les trois semaines du Tour, tandis que l’institution se fait rémunérer par Amaury sport organisation (ASO), l’organisateur de la course. Le montant a beau être gardé confidentiel, c’est un partenariat qui marche, les départements étant équipiers de la compétition depuis onze ans.

Avec autant de bons moments pour les agents des routes. « Si on compte tous les membres de l’équipe, nous avons 84 Tour de France au compteur » conclut avec fierté Frédéric Bonnaire.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces agents des routes sans qui le Tour de France « serait impossible »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement