Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique territoriale

L’AMF défend le CNFPT et les centres de gestion

Publié le 16/07/2018 • Par Bénédicte Rallu • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

maire-illustration
AdobeStock
Dans un communiqué publié le 13 juillet, l’Association des maires de France se dit « attentive » au sort du Centre national de la fonction publique territoriale et des centres de gestion. Elle réagit ainsi à l’annonce du gouvernement qui souhaite réorganiser ces deux organismes.

La chose est peu commune : en une semaine, l’Association des maires de France (AMF) a publié deux communiqués pour défendre la fonction publique territoriale. Un premier, le 10 juillet, sur le statut, le point d’indice et les postes de direction des collectivités ; puis un second, vendredi 13 juillet, pour se dire « attentive » au sort du CNFPT et des centres de gestion.

Lors de la réunion de l’instance de dialogue des territoires du 4 juillet, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt estimait « indispensable d’engager un chantier sur le rôle et les missions du Centre National de la Fonction publique territoriale et des Centres de gestion, dans une logique d’efficience et pour répondre aux attentes exprimées par les employeurs territoriaux ».

Une annonce qui n’avait pas manqué de faire réagir le président du CNFPT via un premier communiqué.

Une semaine plus tard, c’est au tour de l’AMF – dont le président du CNFPT est aussi vice-président, en qualité de maire du Teich (33), tandis que le président de la Fédération des centres de gestion, Michel Hiriart,  maire de Biriatou (64), est, lui, membre du comité directeur de l’association – de prendre position sur le sujet…

« Utilité et adéquation » des formations

Dans son communiqué, l’AMF rappelle l’intérêt que représentent le CNFPT et les centres de gestion en matière respectivement de formation, et de recrutement et de gestion des agents, quels que soient leur « statut, leur âge, la situation géographique et la taille des collectivités », pour les communes et EPCI. L’association leur apporte son « soutien et souhaite que leurs missions soient confortées ».

L’AMF dément clairement les arguments sur lesquels Olivier Dussopt s’était appuyé pour engager la réflexion sur la réorganisation : « Les élus et les agents reconnaissent de façon très majoritaire, l’utilité et l’adéquation des formations proposées et suivies. C’est pourquoi l’AMF, principale association généraliste des employeurs territoriaux, considère que les offres de formation actuelles, ainsi que les évolutions engagées, sont pertinentes et permettent une mutualisation économe du denier public de la formation initiale et continue des agents territoriaux. », est-il indiqué dans le communiqué.

Favorable au rétablissement à 1 % de la cotisation

L’AMF rappelle au passage qu’elle est « en conséquence, toujours favorable au rétablissement à 1 % de la cotisation obligatoire ».

Concernant les centres de gestion, l’association souligne leur « expertise reconnue », notamment dans le récent rapport de l’Inspection générale de l’administration et du contrôle général économique et financier.

Et salue, outre leurs missions « indispensables » en matière de recrutement et de gestion des agents, les « nombreux services mutualisés qui se développent au bénéfice des communes et EPCI comme la médiation, le recours à un référent déontologue, le secrétariat des instances médicales, l’accès à la médecine de prévention… ».

« Partenaires privilégiés »

Le CNFPT et les centres de gestions sont présentés comme des « partenaires privilégiés » des communes et des EPCI, aussi bien pour « renforcer et moderniser les services publics de proximité » que pour accompagner les collectivités dans les différentes réformes auxquelles celles-ci peuvent être confrontées, comme cela a été le cas ces dernières années : maîtrise de l’évolution des effectifs, mutualisation, adaptation aux évolutions des missions, application des normes.

Sur la question du coût, dénoncé par le secrétaire d’Etat (budget de fonctionnement cumulé d’1 milliard d’euros, 6000 agents selon Bercy), l’AMF met en avant le financement de ces organismes par les employeurs territoriaux et leur organisation sur des principes de péréquation et de mutualisation.

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’AMF défend le CNFPT et les centres de gestion

Votre e-mail ne sera pas publié

bazane

16/07/2018 04h39

Tous les praticiens savent que l’expertise RH des CDG est extrêmement hétérogène et n’hésitent pas à partager les coordonnées des plus fiables. Une centralisation des CDG à un niveau régional ou supra régional ne pourrait qu’être bénéfique en permettant le recrutement mutualisé de véritables experts (sur le modèle des CDG de la petite et de la grande couronne). Cela permettrait de fermer les moins performants au sein desquels les pseudo experts se bornent sans vergogne à aller chercher l’information sur les sites des meilleurs et à la délivrer sans aucune valeur ajoutée.

Henri Tanson

16/07/2018 07h37

Diviser pour mieux régner.
Olivier Dussopt cherche à opposer l’AMF au CNFPT et aux CDG… alors que ces organisations partagent les mêmes analyses et veulent, non seulement pérenniser, mais renforcer le rôle des Centres de Gestion et le CNFPT.
La politique du gouvernement est devenue claire depuis le temps : les règles budgétaires émanant de Bruxelles imposent à la France une diminution de la dépense publique et la disparition, à terme, de la fonction publique (article 106 du TFUE, entre autres).
Le ministre Dussopt est dans son rôle… Il a pourtant contre lui une majorité de gens qui sont attachés à cette Fonction publique et à son organisation, malgré le « public bashing » que s’amusent à propager les médias depuis des années.
Etrange politique à laquelle les Français semblent s’habituer (depuis le temps que ça dure) qui voit que des gens qui seraient « élus » imposent des réformes à une majorité d’électeurs qui n’en veulent pas.
La démocratie, normalement, ça ne fonctionne pas comme ça.
Pour changer cela, il faut que la France retrouve son pouvoir politique et arrête d’être dirigée depuis l’étranger puisqu’elle n’y trouve pas son compte. Et ça passe obligatoirement par un Frexit (ou bien, par la fin de l’UE qui pourrait arriver plus tôt que prévu…).

Antigone 2018

17/07/2018 01h28

Sincèrement qui peut prétendre que ces deux structures ne pourraient pas fusionner à l’heure où l’argent public est rare et que les collectivités sont à la recherche de la moindre économie ?
Mais il est vrai qu’il y a dans ces structures des jetons de présence pour de nombreux élus…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement