logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/573762/coupe-du-monde-une-finale-sous-haute-securite/

EVÉNEMENT
Coupe du monde : une finale sous haute sécurité
Hervé JouanneauGéraldine Bovi-Hosy | A la Une prévention-sécurité | Actu expert acteurs du sport | France | Vos questions / Nos réponses prévention-sécurité | Publié le 13/07/2018

Entre les festivités du 14 juillet et la finale de la Coupe du monde de football, le ministère de l'Intérieur déploie ce week-end un dispositif de sécurité hors-norme. Au total, 110 000 policiers et gendarmes et 44000 sapeurs-pompiers seront sur le pied de guerre pour sécuriser les deux soirées et gérer les éventuels débordements. A travers leurs policiers municipaux et les multiples arrêtés pris au cours de ces deux jours, les villes sont associées à ce dispositif. Ce qu'il faut retenir avec notre juriste Géraldine Bovi-Hosy.

Les dizaines de milliers de personnes qui sont descendues dans les rues mardi dernier pour fêter la victoire de la France en demie-finale de la Coupe du monde de football, laissent imaginer les manifestations de joie qui pourraient exploser en cas de victoire ce dimanche en finale contre la Croatie.

Un événement à haut risque qui vient s’ajouter aux festivités populaires du 14 juillet, prévues la veille.

Pour y faire face, le ministre de l’Intérieur a annoncé un « niveau de mobilisation des forces qui sera maximal pour ces 3 jours ». Sur l’ensemble du week-end, ce sont ainsi 110 000 policiers et gendarmes qui seront engagés, dont 142 unités de forces mobiles. Parallèlement, 44000 sapeurs-pompiers seront déployés sur tout le territoire.

Dissuasion par la présence policière

Selon un télégramme du 11 juillet adressés aux préfets qui n’a pas été rendu public, l’effort portera en priorité sur la prévention des violences urbaines. « Que ce soit pour la nuit du 13 ou celle du 14 juillet, j’ai demandé à chaque préfet de prendre les mesures préventives nécessaires en lien avec les maires, mais aussi les bailleurs sociaux, pour limiter les risques de violences (détection des voitures épaves, inspection des locaux dont les bailleurs sociaux ont la responsabilité pour détecter d’éventuels objets dangereux, etc.) » a souligné le ministre.

« Au cours de chaque nuit, et en fonction de l’évaluation réalisée par les services de renseignement, des dispositifs seront déployés dans les principales villes pour détecter tout groupe d’individus susceptible de générer des troubles à l’ordre public, prévenir tout passage à l’acte ou les faire cesser le plus rapidement possible en procédant a ...

POUR ALLER PLUS LOIN