Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Haute fonction publique

Haute fonction publique : le Sénat s’attaque à la crème de l’ENA

Publié le 11/07/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Escaliers du Sénat
Sénat
Une commission de la Haute-Assemblée vilipende les allers-retours entre le public et le privé des hauts fonctionnaires des grands corps. Des mouvements que souhaitent néanmoins encourager Emmanuel Macron dans le cadre du projet de loi sur la mobilité professionnelle.

Il est rarissime qu’une enquête journalistique déclenche la mise en place d’une commission d’enquête sénatoriale. C’est le tour de force qu’a réussi Vincent Jauvert avec son livre « Les intouchables d’Etat, bienvenue en Macronie » (Editions Robert Laffont, 2018).

Un best-seller bourré de révélations sur le pouvoir d’influence des grands corps de l’Ecole nationale d’administration (ENA), de l’inspection générale des finances au Conseil d’Etat en passant par la Cour des comptes. Une super-élite qui a toujours trusté les postes les plus en vue dans les bureaux parisiens. Mais, fait nouveau, depuis les privatisations des années 1980 et la mondialisation des années 1990, elle multiplie les allers-retours entre la direction de l’Etat, les groupes du CAC 40 et les cabinets d’avocats d’affaire. Des mouvements devenus la norme au sommet de la pyramide politique, comme l’illustrent les CV d’Emmanuel Macron et, surtout, d’Edouard Philippe.

Le pouvoir entend d’ailleurs encourager ces allers et retours. Le projet de loi sur « la  liberté de choisir son avenir professionnel » prend en compte l’expérience privée dans le déroulement des carrières publiques sur une période maximale de cinq ans. Dans sa version votée par l’Assemblée, il ouvre largement à la concurrence des cadres du privé les postes les plus en vue dans l’administration.

La métaphore du spoutnik

Un facteur de dynamisme pour le Gouvernement, là où la commission d’enquête sénatoriale a plutôt tendance à voir une confusion des genres. L’instance goûte particulièrement le propos de l’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement : « Nul besoin de diriger un groupe privé pour exercer efficacement une compétence attribuée par l’Etat dans la haute administration. »

Et le coauteur, voici un peu plus d’un demi-siècle d’un fameux pamphlet sur « L’énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise », de dénoncer aussi les mouvements dans l’autre sens. « Pourquoi l’Etat consacrerait-il beaucoup de moyens à former le gratin de l’élite pour que, quelques années plus tard, ces personnes soient happées par des rémunérations parfois dix à vingt fois supérieures à ce qu’un haut fonctionnaire gagne dans le public ? » s’interroge-t-il.

L’accès direct aux grands corps à la sortie de l’ENA suscite maintes réserves chez les sénateurs. Certains d’entre eux souhaitent que l’école nationale d’administration devienne une école d’application ouverte aux fonctionnaires qui auraient déjà fait leurs preuves. Leur matrice : l’école supérieure de guerre. En attendant cette hypothétique réforme, les énarques des grands corps « commencent leur carrière très jeune à un niveau très élevé et occupent très rapidement de hautes responsabilités », constate l’historien Hervé Joly. A quarante ans, les cracks de l’inspection générale des finances atteignent déjà le top-management de la direction du trésor. Une fois franchi cet Everest, ils n’ont plus qu’à aller faire fortune dans le privé.

Figure centrale de ce microcosme, l’ancien secrétaire général de  l’Elysée Jean-Pierre Jouyet qualifie d’ailleurs lui-même les grands corps de l’ENA de « spoutnik » : il suffit d’y entrer pour être propulsé dans les hautes sphères ! Résultat : un tiers des grands groupes du CAC 40 sont dirigés par des hauts-fonctionnaires d’origine. Une exception française. « La haute administration américaine ne part pas dans le privé », rappelle la politologue Marie-Anne Cohendet.

La controverse de la pantoufle

Dans l’hexagone, le  conseiller d’Etat Laurent Vallée peut bien passer du secrétariat général du Gouvernement au cabinet d’avocats d’affaire Clifford Chance avant de revenir dans l’administration centrale comme directeur des affaires civiles et du Sceau du ministère de la Justice… Secrétaire général de Canal +, il prend ensuite le poste très prisé de secrétaire général du Conseil constitutionnel avant de mieux repartir dans le privé, cette fois chez Carrefour.

Autant de « rétro-pantouflages » qui constituent un angle mort de la commission de déontologie de la fonction publique. Une instance chargée de mettre la pédale douce aux nominations entachées de conflits d’intérêts. Noyautée par les grands corps et privée de moyens substantiels, elle suscite l’ironie des sénateurs. « La commission est bonne mère. Le nombre de refus se compte sur la moitié d’une main », se gausse Pierre-Yves Collombat (Divers gauche). Pour les sénateurs, point de doute : la commission de déontologie doit céder le pas à la haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Grand adepte des postes dans le privé, le patron énarque de la Fédération française des sociétés d’assurance Bernard Spitz juge que « chaque cas est particulier ». « Attention aux mots, en particulier “pantouflage” qui a une connotation péjorative », met-il en garde. Mais le sénateur Collombat de le reprendre aussitôt : « Le terme vient de l’Ecole Polytechnique. Soit on restait dans l’armée, soit on pantouflait. » « On passait des bottes aux pantoufles, contre-attaque Bernard Spitz. Ce serait alors une désertion. C’est totalement inexact ! »

Un échange musclé destiné à se prolonger. La commission d’enquête ne va en  effet pas se gêner pour interroger d’autres éminents adeptes du « pantouflage ». Ses conclusions sont attendues au début de l’automne.

 

L’Inspection générale des finances en prend pour son grade

A l’origine, voici une dizaine d’années, d’un livre-enquête sur l’Inspection générale des finances (« Les intouchables » chez Albin Michel), la rédactrice en chef de Challenges Ghislaine Ottenheimer ne mâche pas ses mots. A propos du banquier du Crédit Agricole l’IGF Xavier Musca, anciennement secrétaire général de l’Elysée, elle dit : « Il se réjouissait du fait que la Ve République était comme une dictature romaine. Ce sont les sachants, qui dictent la politique sur les sujets importants. Songez qu’il y a trois inspecteurs des finances au cabinet de monsieur Darmanin, deux au cabinet de monsieur Le Maire et un chez madame Buzyn. Il y en a à l’Élysée, à Matignon, bref, ils supervisent le respect de la doxa à tous les niveaux. » Lui aussi entendu par la commission d’enquête sénatoriale, son collègue de Mediapart Laurent Mauduit parle de « tyrannie de la pensée unique qui s’emboîte avec  la doxa de Bruxelles ».

La rigueur ne vaut cependant pas toujours pour tout le monde, à en croire l’ancien patron de la Caisse des Dépôts Augustin de Romanet, aujourd’hui PDG d’Aéroport de Paris. « Vous savez, notre État a une tradition de mensonge sur les rémunérations, témoigne-t-il devant la commission d’enquête sénatoriale. À la direction du budget (NDLR :  en 1986), lorsque j’ai traité mon premier questionnaire parlementaire, mon chef m’a conseillé de minorer fortement la réponse à la question portant sur les primes des hauts fonctionnaires ! »

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Haute fonction publique : le Sénat s’attaque à la crème de l’ENA

Votre e-mail ne sera pas publié

Grollande

13/07/2018 08h01

Ce qui est assez unique dans le système français, c’est qu’il est habituel de répondre à quelqu’un issu du rang qu’il ne possède pas une expérience suffisante de « management » pour lui refuser un poste à responsabilité. On se retrouve donc avec des gens très jeunes et sans aucune expérience qui sont propulsés « manager » parce qu’ils sortent de telle école. Dans beaucoup d’autres pays, avant de devenir « manager », vous aurez dû faire vos preuves à des niveaux inférieurs, ce qui vous permet aussi de comprendre le métier des autres. En France, non, et on en arrive à un machin complètement dingue qui finira, tôt ou tard, dans le mur. Et le moins que l’on puisse dire, ce que Hollande n’a fait qu’amplifier ce système dans une dimension encore jamais vue auparavant.

Bill50

13/07/2018 07h32

Ils sont marrants les sénateurs. Ils veulent des contractuels payés plus chers mais dans le sens inverse ça leur déplaît.

Sur le fond ils ont raison, le fait de réussir un oral et des dissertations à 22 ans ne doit pas garantir une carrière sans remise en cause et des promotions sans jamais rien prouver. En revanche, qu’ils soient cohérents. S’ils veulent des talents du privé qu’ils paient bien les fonctionnaires en tous cas autant que leurs contractuels dont personne ne veut et recrutés par copinage

pov citoyen

15/07/2018 04h54

Peut-on attendre autre chose des sénateurs qui gèrent le sénat comme des châtelains en toute impunité.
Un petit séjour dans le privé ne leur ferait pas de mal…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement