Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Innovation

Baromètre du coût du service public local : participez à la nouvelle édition !

Publié le 18/10/2018 • Par La Rédaction • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

bcsp-une
La Gazette
Lancé en décembre 2017, le baromètre du coût du service public local a bénéficié de développements pour le rendre plus facile, plus précis et permettre d'élaborer davantage d'indicateurs indispensables à une stratégie d'efficience des services publics. Participez maintenant en vous inscrivant ici.

Baromètre du coût des services publics, année 1. Mais version 2 ! Depuis la fin de 2017, la Gazette des communes et le Club Finances ont impulsé une démarche innovante d’évaluation des coûts et de la performance du service public local en créant un Baromètre du coût du service public local.

Modestement, mais avec pugnacité, nous souhaitons ainsi donner aux collectivités les outils nécessaires à rendre leurs services plus efficients, notamment via le benchmark, ou parangonnage en bon français.

Le principe est simple : chaque collectivité peut participer en renseignant ses données sur la plateforme web développée par la Gazette, avec KPMG.
Aujourd’hui, une seconde version de cette plateforme de saisie est disponible, encore plus simple, plus facile à utiliser et plus précise, notamment avec l’introduction des numéros d’affectation comptables pour chacun des champs de données à remplir, quand c’est nécessaire.

Avec cette nouvelle version, chacune des collectivités participantes pourra affiner son diagnostic des coûts et pourra se servir de cet outil comme d’une aide à la décision. Mais pour être vraiment utile, cela nécessite la participation du plus grand nombre de collectivités !

Pour participer, écrivez à l’adresse suivante :

Avec l’expertise de KPMG, des praticiens et experts dans le domaine de l’évaluation et du contrôle de gestion, mais aussi avec le soutien de l’Association des petites villes de France (APVF), l’Assemblée des communautés de France (AdCF) et de l’Afigese, cet outil vous apportera les indicateurs de coûts dont vous avez besoin et permettra d’établir des moyennes et des comparaisons.

Comment ça marche ?

Via notre plate-forme web sécurisée et anonyme, les collectivités volontaires peuvent renseigner les données nécessaires à l’élaboration d’indicateurs de prix sur des services publics ciblés. Vous pouvez renseigner vos données sur plusieurs années, ou seulement pour la dernière année proposée (2017 en l’occurrence).

Pour faciliter ce recueil de données, nous avons retenu des critères simples et partagés par la plus grande part des collectivités.

Quatre thèmes ont été sélectionnés par le comité d’experts pour cette phase, en attendant l’introduction de nouveaux d’ici la fin de l’année :

  1. La voirie
  2. L’éclairage public
  3. La restauration scolaire
  4. Les bâtiments scolaires

Retrouvez très facilement dans vos comptes les lignes à renseigner, et laissez-vous guider par notre plateforme.

Les résultats de chaque collectivité participante resteront confidentiels pour elle seule. En revanche, la plateforme permettra de croiser les données, d’établir des moyennes et des comparaisons par groupe de collectivités.

Les grandes tendances définies par l’analyse des indicateurs ainsi créés vous seront dévoilées lors de la deuxième édition de la journée « Observatoire des coûts du service public », à Paris le 4 décembre 2018 (pour s’inscrire et découvrir le programme, cliquez ici)

Les collectivités participantes seront les seules à recevoir l’ensemble des résultats (en conservant l’anonymat des données).

Pour participer, rien de plus simple, confirmez votre acte de candidature en écrivant au Club Finances à l’adresse suivante :

L’équipe du baromètre du coût des services publics créera votre compte. Un code d’accès personnel et confidentiel à la plateforme vous sera alors envoyé automatiquement vous permettant, en quelques minutes, de remplir les champs demandés.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baromètre du coût du service public local : participez à la nouvelle édition !

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

12/07/2018 12h16

Une collectivité coûte.
Un service public coûte.
Un fonctionnaire coûte…
Mais tout coûte, ma bonne dame…!
Le défaut actuel, c’est de commencer par parler du coût et parfois même à oublier ce qu’il y a derrière.
Et à oublier que quand on réduit les coûts, on réduit aussi… ce qu’il y a derrière…
Autrefois (…), quand notre pays allait bien, on ne parlait jamais du coût du service public; c’était une dépense acceptée par tous et nous étions si fiers de nos services publics.
Mais ça, c’était avant !
Avant le néolibéralisme.
Avant l’UE qui nous pousse, de tous les côtés, à l’austérité, quel qu’en soit le coût; même si c’est notre modèle social, notre modèle de société, qui est en jeu…
Bien sûr, la dépense doit être raisonnable; là, on parle d’efficience.
Si elle ne l’est pas, c’est qu’il y a des dérives, un mauvais encadrement, un laisser-aller; et peut-être que ceux qui veulent supprimer nos services publics ont constaté bien trop passivement les dérives qui leur donnent tant d’arguments pour réformer jusqu’à faire disparaître…
Tout ça ne me convient pas.
Il y a une alternative à cette politique d’économie imposée par Bruxelles, c’est la relance; mais pour ça, il faut sortir de l’UE, reprendre en mains notre économie, notre budget et surtout, notre monnaie.

Facile

22/10/2018 03h29

J’apprécie souvent les propos de M. Tanson mais si je suis souvent d’accord avec son analyse concernant le service public, je ne partage pas son appréciation sur la nécessité indispensable de sortir de l’Union Européenne!

En effet, comment imaginer une solidarité digne de ce nom pour un pays qui a vu sa monnaie se dévaloriser de manière plus que conséquente par rapport au mark?
Comment imaginer laisser aux générations futures une dette liée à nos choix que nous n’avons pas voulu payer alors que ces charges ne sont pas des investissements pour l’avenir?

L’Europe n’est pas parfaite. Je suis d’accord sur ce point. Mais faut-il suivre la tendance actuelle de se recroqueviller sur soi-même comme d’autres pays européens sont en train de le faire en ce moment?
Depuis la mise en place de cette Europe, nous n’avons plus connu de guerres et c’est tant mieux!

Alors arrêtons de tout mettre sur l’Europe et assumons nos choix.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement