logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/573484/le-cap-dagde-a-la-reconquete-de-sa-biodiversite/

DÉVELOPPEMENT DURABLE
Le Cap-d’Agde à la reconquête de sa biodiversité
Clotilde de Gastines | actus experts technique | France | Innovations et Territoires | Publié le 25/07/2018

La création d’une direction dédiée au milieu marin vise à développer un tourisme plus durable et à changer l’image de la station balnéaire du Cap d’Agde. Les 27 000 habitants, dont une trentaine de pêcheurs « petits métiers » et une dizaine de clubs de plongée, accueillent 4 000 plaisanciers et 300 000 vacanciers. En 2013, le conseil municipal a voté l’intégration d’une association active depuis 1976 dans la protection de l’environnement au sein de la direction du cadre de vie.

« On n’est pas arrivé tout nu, indique Renaud Dupuy de la Grandrive, directeur de la gestion du milieu marin à la mairie d’Agde. Notre intégration aux services de la ville était conditionnée à l’apport de financements », ajoute celui qui avait créé une association de protection de l’environnement en 1976 au Cap-d’Agde. Le pari est réussi car sa direction gère aujourd’hui un budget annuel de 750 000 euros.

En 2013, par un vote du conseil municipal, l’Adena, qui avait en charge l’aire marine des Posidonies, s’est partiellement « institutionnalisée ». L’autre partie, restée indépendante, contrôle la réserve naturelle du Bagnas. Dans une antenne municipale du Cap-d’Agde, sept salariés interviennent sur une étendue maritime de 6 152 hectares dominée par des falaises de basalte qui tombent dans l’eau claire. Ils mènent des actions scientifiques, de sensibilisation et d’ingénierie écologique dans cette zone très poissonneuse, où frayent un bon nombre d’espèces protégées : tortue, dauphin ou la grande nacre, un coquillage d’un mètre de long qui niche dans les herbiers de posidonie.

« La ville était mûre pour se tourner vers le développement et la sauvegarde de son aire marine, explique ...

CHIFFRES CLES

  • 750 000 € : constituent le budget annuel alloué à la direction de la gestion du milieu marin, dont 300 000 euros dédiés au fonctionnement et 350 000 euros pour l’investissement, cofinancés à hauteur de 50 % par divers programmes et appels à manifestation d’intérêt (ministère de l’Ecologie, agence de l’eau, Ademe, Agence française pour la biodiversité, plan « littoral 21 », région Occitanie, département de l’Hérault, agglomération Hérault Méditerranée, ville, Europe).


POUR ALLER PLUS LOIN