Souviens-toi l'été dernier

Plan biodiversité : de bonnes intentions, mais sans moyens financiers supplémentaires

Par • Club : Club Techni.Cités

Retour sur l'été 2018. Après les lois Grenelle de 2009-2010, la loi biodiversité de 2016, la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020, voici le plan biodiversité. Pas moins de 17 ministres ou secrétaires d’Etat, dont le Premier ministre, Edouard Philippe, ont présenté le 4 juillet ce plan interministériel. Sera-t-il à la hauteur de l’enjeu ?

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En ce mois d’août 2019, nous revenons sur ce qui a fait l’actualité l’été dernier. Aujourd’hui, retour sur l’article consacré au plan Biodiversité dévoilé en juillet 2018. Si, à l’époque, on s’interrogeait notamment sur les moyens financiers, des éléments de réponse ont été apportés le 5 juillet dernier dans notre article Plan biodiversité : un an après, un bilan contrasté.

Le déclin de la biodiversité est alarmant. Selon l’Observatoire national de la biodiversité, près d’une espèce sur trois est en danger de disparition. Les nombreuses mesures présentées dans les précédents dispositifs n’ont pas réussi à enrayer cet effondrement.

Pour relever le défi, le nouveau plan biodiversité se décline en 6 axes et compte pas moins de 90 actions.

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

3  |  réagir

06/07/2018 07h07 - sirius

Un exemple de la vacuité de ce programme :la « création de 20 réserves naturelles » ,oui mais laissées à l’initiative des collectivités . Autrement dit ,renvoyées aux calendes grecques quand on connaît le peu d’enthousiasme des élus locaux pour ce type de protection de la nature .

Signaler un abus
06/07/2018 01h48 - RVL42600

de bonnes intentions, mais sans moyens financiers supplémentaires, cela veut dire qu’il ne se fera rien. C’est un plan communication, ou marketing à la Macron qui pense que la France est une entreprise voire même une entreprise commerciale. Or la France est une démocratie et dans une entreprise, il n’y a pas de démocratie, il y a seulement des liens de subordination

Signaler un abus
06/07/2018 10h16 - Pascal

Faut il vraiment des appuis financiers pour laisser tranquille la nature qui pourrait reprendre ses droits dans pleins d’endroits ou l’homme n’a rien à y faire.

il serait temps de se poser les bonnes questions et prendre l’attache des gens du terrain voir créer juste des services territoriaux avec des gens déjà en place dans les collectivités et arrêter des transferts a tous va de l’Etat

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Toutes les offres techniques

Formations

Paris : 15/01/2020

Sécurité des manifestations éphémères

Paris : 20/01/2020

Certificat Maître d'ouvrage public

Evènements

Paris : 03/12/2019

Journée d'étude Restauration territoriale

Paris : 04/12/2019

3e JOURNÉE OBSERVATOIRE DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP