Biodiversité

Plan biodiversité : de bonnes intentions, mais sans moyens financiers supplémentaires

| Mis à jour le 06/07/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

patricia marais/la gazette

Après les lois Grenelle de 2009-2010, la loi biodiversité de 2016, la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020, voici le plan biodiversité. Pas moins de 17 ministres ou secrétaires d’Etat, dont le Premier ministre, Edouard Philippe, ont présenté le 4 juillet ce plan interministériel. Sera-t-il à la hauteur de l’enjeu ?

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le déclin de la biodiversité est alarmant. Selon l’Observatoire national de la biodiversité, près d’une espèce sur trois est en danger de disparition. Les nombreuses mesures présentées dans les précédents dispositifs n’ont pas réussi à enrayer cet effondrement.

Pour relever le défi, le nouveau plan biodiversité se décline en 6 axes et compte pas moins de 90 actions.

Zéro artificialisation des sols

Parmi ses mesures phares, la lutte contre l’artificialisation des sols, avec un objectif de« zéro artificialisation net des sols ». Il s’agit au minimum de compenser les surfaces bétonnées en désimperméabilisant des ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Commentaires

3  |  réagir

06/07/2018 07h07 - sirius

Un exemple de la vacuité de ce programme :la « création de 20 réserves naturelles » ,oui mais laissées à l’initiative des collectivités . Autrement dit ,renvoyées aux calendes grecques quand on connaît le peu d’enthousiasme des élus locaux pour ce type de protection de la nature .

Signaler un abus
06/07/2018 01h48 - RVL42600

de bonnes intentions, mais sans moyens financiers supplémentaires, cela veut dire qu’il ne se fera rien. C’est un plan communication, ou marketing à la Macron qui pense que la France est une entreprise voire même une entreprise commerciale. Or la France est une démocratie et dans une entreprise, il n’y a pas de démocratie, il y a seulement des liens de subordination

Signaler un abus
06/07/2018 10h16 - Pascal

Faut il vraiment des appuis financiers pour laisser tranquille la nature qui pourrait reprendre ses droits dans pleins d’endroits ou l’homme n’a rien à y faire.

il serait temps de se poser les bonnes questions et prendre l’attache des gens du terrain voir créer juste des services territoriaux avec des gens déjà en place dans les collectivités et arrêter des transferts a tous va de l’Etat

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Canicule : les villes contre-attaquent

    Après une première vague de chaleur étouffante fin juin, un nouvel épisode caniculaire a fait son apparition avec un flux d’air chaud en provenance de la péninsule ibérique. Face à ce pic caniculaire, les villes peuvent agir pour accompagner, entre autres, les ...

  • Gérer les boues d’épuration à l’échelle d’un territoire

    Rennes Métropole est un territoire dynamique où la production de boues d’épuration ne cesse d’augmenter. Or, l’essentiel des capacités d’épandage est mobilisé par l’activité d’élevage agricole. Concilier développement et limite du territoire, tel ...

  • Après un grand débat réussi sur la transition énergétique, place aux actes !

    Nantes métropole a organisé un grand débat citoyen consacré à la transition énergétique pour construire avec les administrés une stratégie. L’objectif était de mobiliser tous les acteurs de la société civile (citoyens, associations, acteurs ...

  • Comment les collectivités veulent passer au bio et au local

    Dans la restauration collective, l'approvisionnement en bio croît plus vite que le marché. Les acheteurs doivent donc se rendre sur le terrain et multiplier les partenariats pour faire entrer cette offre haut de gamme dans leurs contraintes. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP