Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

fiscalité locale

Le CFL vote pour un dégrèvement total mais temporaire de la taxe d’habitation

Publié le 03/07/2018 • Par Emilie Buono • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

AndréLaignel_270218bis
Emilie Buono
A la veille de la réunion de l'instance de dialogue de la CNT, lors de laquelle sont attendues les orientations du gouvernement sur la refonte de la fiscalité locale, le CFL opte pour une nouvelle stratégie. Au transfert de la TFPB départementale au bloc local, piste jusque-là privilégiée pour compenser la taxe d'habitation, il préfère désormais un dégrèvement total, mais transitoire. Le point sur ce revirement.

Cet article fait partie du dossier

Fiscalité locale : comment relancer la machine ?

Quelle piste va privilégier le gouvernement pour remplacer la taxe d’habitation, dont il entend à terme exonérer 100 % des contribuables ? Alors que Les Echos indiquent que c’est le scénario du transfert intégral (parts départementale et intercommunale) de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) aux communes qui a été retenu, Le Figaro croit savoir que c’est par le déficit public que seront financés les 10,5 Md€ qui ne sont pour l’heure pas budgétés…

L’exécutif devrait préciser, ce mercredi 4 juillet, ses intentions lors de la réunion de l’instance de dialogue de la Conférence nationale des territoires, à laquelle ne participeront pas plusieurs associations d’élus.

A la veille de ce rendez-vous, le Comité des finances locales a opté, lui, pour une nouvelle stratégie. Certes, il s’était prononcé, en février dernier, en faveur du transfert de la TFPB au bloc local pour compenser le produit de la TH. Mais cette proposition ne « satisfaisait personne et n’était qu’un point d’étape » selon André Laignel.

Le CFL, qu’il préside, plaide désormais pour un dégrèvement à 100 % de la taxe. « C’est la seule solution qui permette de respecter la totalité des engagements du président de la République », justifie André Laignel, qui avait déjà soumis cette idée mi-juin, dans le cadre du groupe de travail du Comité.

Eviter le « bonneteau entre collectivités »

La nouvelle proposition du CFL, détaillée dans une délibération adoptée « à l’unanimité des suffrages exprimés des membres élus » (trois se sont abstenus) mardi 3, a l’avantage d’offrir « simplicité et lisibilité », et permet de « ne pas entrer dans un bonneteau entre collectivités », poursuit-il. Et surtout de ne fâcher personne.

Car les associations d’élus sont loin de défendre une position unanime sur le sujet. Tandis que les départements sont fermement opposés à toute redescente de la TFPB, qui leur ferait perdre leur pouvoir de taux, le bloc local, lui, se divise sur les modalités de répartition de cette taxe entre communes et intercommunalités.

La solution désormais défendue par le CFL permettrait donc « de garantir une compensation intégrale des ressources supprimées ; de préserver la dynamique des bases ; de garder le pouvoir de taux des communes, des intercommunalités et des départements ; de respecter intégralement leur autonomie financière et fiscale [et] de maintenir le lien fiscal entre les collectivités territoriales et les citoyens », liste André Laignel.

Une délibération « politique »

Il s’agit d’une « délibération évidemment politique », admet Loïc Cauret, représentant l’ADCF au sein du CFL. A priori opposée à cette proposition, l’association s’est finalement laissée convaincre. « Le débat et les conditions politiques du jour ont fait qu’on a évolué », explique le président de Lamballe Terre et Mer, évoquant l’article des Echos selon lequel le gouvernement opterait pour un transfert de l’intégralité de la TFPB aux communes, « la plus mauvaise des solutions » aux yeux des intercos.

Mais surtout, explique-t-il, « d’une délibération demandant un dégrèvement définitif, on est passé à un dégrèvement d’ici à ce qu’on change l’organisation de la fiscalité locale ». En l’occurrence, sans mentionner de date, les membres du CFL disent « souhaite[r] qu’une indispensable réforme des finances et de la fiscalité locales soit rapidement engagée ».

Nécessité de conduire la réforme des valeurs locatives

André Laignel, lui, rappelle que le scénario du transfert de la TFPB présente « de nombreux inconvénients », notamment parce qu’il nécessite la mise en place d’un fonds national de garantie, dans la même veine que celui installé lors de la suppression de la TP. « Tout le monde est mécontent du FNGIR, [notamment] parce qu’il est bloqué à la date de sa mise en œuvre. S’il y avait un nouveau, il subirait le même sort, et l’engagement de l’Etat de rembourser à l’euro près ne serait pas respecté », explique-t-il, dénonçant « un système de spoliation ».

Claire Delpech, responsable finances fiscalité et habitat de l’ADCF, qui intervenait le matin même au Rendez-vous des finances locales du Club Finances, faisait part des mêmes inquiétudes, évoquant un « FNGIR TH qui risque d’être d’une forte injustice et d’une grande complexité ».

Elle rappelait également, comme les membres du CFL dans leur délibération, la nécessité de mettre en œuvre au plus vite la réforme des valeurs locatives. Pour l’heure, « le gouvernement ne nous rassure pas avec cet attentisme dont on ne sait pas ce qu’il cache », fait valoir Sébastien Miossec, également élu représentant l’ADCF au CFL. « Quelque soit le sort de la TH, si on ne fait pas la révision des valeurs locatives, la prochaine taxe visée sera la taxe foncière », qui dépend de ces mêmes bases, prévenait Antoine Homé, rapporteur de la commission Finances et fiscalités locales de l’AMF, mebre du CFL.

Cet article fait partie du Dossier

Fiscalité locale : comment relancer la machine ?

Sommaire du dossier

  1. Le CFL vote pour un dégrèvement total mais temporaire de la taxe d’habitation
  2. L’agence S&P met en garde sur « l’impact clairement négatif » de la réforme fiscale sur les départements
  3. Réforme fiscale : les départements perdront leur taxe foncière
  4. L’équation finale du CFL pour remplacer la taxe d’habitation
  5. Réforme fiscale : « on est au devant de réflexions lourdes de conséquences »
  6. Le remplacement de la taxe d’habitation divise le bloc local
  7. Les négociations sur la réforme fiscale s’annoncent tendues
  8. Ce que propose la mission Richard-Bur pour remplacer la taxe d’habitation
  9. Réforme de la fiscalité : le scénario du gouvernement se précise
  10. Le Cese appelle à « réformer en profondeur » la fiscalité locale
  11. Charles Guené : « l’impôt doit cesser d’être territorialisé »
  12. 13 milliards d’euros en moins et une réforme fiscale en plus
  13. La réforme de la taxe d’habitation se fera par dégrèvement : quel impact sur les communes ?
  14. La fin des impôts locaux, une éventualité plutôt qu’une fatalité !
  15. Fiscalité locale : un système à bout de souffle
  16. Quelle fiscalité locale pour demain ?
  17. Fiscalité locale : un chantier à reprendre d’urgence !
  18. Le poids des impôts directs locaux pour chaque niveau de collectivités
  19. La révision des valeurs locatives, mère de toutes les réformes
  20. La Cour des comptes pousse à la réforme fiscale
  21. Exonération de la taxe d’habitation : recadrons le débat !
  22. Guy Gilbert : « Le bassin de vie est l’échelle pertinente pour trancher les questions fiscales »
  23. Les impôts locaux coûtent cher à l’Etat… et aux collectivités !
  24. Les 19 propositions du CFL pour réformer la fiscalité locale
  25. Réforme fiscale : main basse sur les ressources des départements
1 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le CFL vote pour un dégrèvement total mais temporaire de la taxe d’habitation

Votre e-mail ne sera pas publié

Hermès

19/11/2018 09h39

La révision des valeurs locatives est loin d’obtenir mes faveurs!

Cette valeur est en effet totalement sans corrélation avec la valeur du bien immobilier. J’ai l’exemple d’une maison en région parisienne qui vient de se vendre un peu plus de 900.000 € dont la taxe foncière est d’environ de 2.000 €; à comparer avec celle de ma maison d’une valeur de 250.000 € (pour une même surface habitable et des prestations similaires) dont la TF est de 3.100 €.

Je sais, il faut également tenir compte des taux décidés par les collectivités concernées.

Mais sur le fond, il me semble que de tels écarts ne sont pas admissibles. Il faut donc changer de paradigme et ne plus fixer la contribution de chacun suivant un calcul mathématique qui n’a de scientifique que le nom.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement