Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Douche froide

Fallait pas jouer avec le feu !

Publié le 29/06/2018 • Par Jean-Marc Joannès • dans : France

inflammable2
AdobeStock
En laissant croire aux corps intermédiaires que la discussion ouverte pourrait faire bouger les lignes, le gouvernement a parfaitement manœuvré. Puis il a fait voter trois amendements au projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, déposés après l’examen en commission quelques jours auparavant.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pour beaucoup, c’est la douche froide. En faisant voter dans la nuit du 15 au 16 juin trois amendements au projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, qu’il avait déposés après l’examen en commission le jeudi précédent, le gouvernement a ouvert une brèche dans le statut.

Une fois que le Sénat aura voté, ce sera fait : sans condition ni quota, des contractuels pourront être recrutés sur les postes d’encadrement supérieur dans les trois versants de la fonction publique. Une mesure qui concernerait 7 000 postes dans la territoriale. Une brèche ? Pas tout à fait. Anicet Le Pors, dans nos colonnes, l’avait prédit : le gouvernement ne supprimera pas le statut car « il a un autre plan ». Le vider de sa substance, peut-être ?

Des « amendements scélérats », selon certains ; « une ligne rouge franchie », selon d’autres. Quoi qu’il en soit, le gouvernement a parfaitement manœuvré, laissant croire aux corps intermédiaires que la discussion ouverte pourrait faire bouger les lignes. Mais « écouter » ne veut pas dire « coconstruire ». La meilleure preuve en est la voie choisie pour faire passer la mesure, sans évaluation, sans étude d’impact, en catimini, une nuit de juin… et en court-circuitant les commissions parlementaires dédiées à la réforme de la fonction publique !

Une certaine naïveté

Tous ont été pris au dépourvu. Il y a, de la part de ceux qui espéraient depuis des mois capter l’attention du gouvernement, et peut-être même l’influencer, une belle erreur d’évaluation, voire une certaine naïveté. A clamer que le recrutement doit être assoupli, à reconnaître l’intérêt du « contrat de mission », à proposer la création d’un grand corps de dirigeants publics…, ils ont sans doute joué avec le feu et ont fini par se faire déborder.

Est-ce une victoire du gouvernement ? Oui, s’il estime ne pas avoir besoin d’interlocuteurs. Mais sa manœuvre est risquée, alors que se profile le projet de loi de réforme de la fonction publique, promis pour 2019.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fallait pas jouer avec le feu !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement