logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/570719/comment-technologies-et-debrouille-rendent-les-collections-dun-musee-accessibles-aux-malvoyants/

CULTURE
Comment technologies et débrouille rendent les collections d’un musée accessibles aux malvoyants
Baptiste Cessieux | Innovations et Territoires | Régions | Publié le 04/07/2018 | Mis à jour le 09/07/2018

Le musée de Bretagne, à Rennes, a créé des répliques de certains objets de la collection permanente pour les personnes souffrant de handicap visuel. Une fois tous les deux mois, des visites « tactiles » sont organisées. D'autres projets sont envisagés...

malvoyants-rennes-musee-bratgne

[Rennes métropole (Ille-et-Vilaine) 43 communes 438 900 hab.]

En présentant des répliques des œuvres exposées, le musée de Bretagne, à Rennes, apporte culture et patrimoine aux personnes souffrant de handicap visuel. Ainsi, une fois tous les deux mois, des visites « tactiles » sont organisées avec des répliques de la collection permanente, spécialement construites pour être manipulées.

Statues en métal réalisées par impression en 3D, reproduction de poteries et de coffres en bois… de nombreuses techniques ont été utilisées pour mettre en œuvre ce projet, qui a été récompensé par l’édition 2018 du prix « Patrimoine pour tous », décerné par le ministère de la Culture aux équipements œuvrant en faveur des publics handicapés.

« Ces visites destinées aux personnes souffrant de handicap existaient déjà pour les expositions temporaires », précise Gwenaëlle Neveu, médiatrice culturelle au musée de Bretagne, équipement de la métropole de Rennes. Les visites étaient alors pensées lors de la conception de l’exposition. Dans le cas des collections permanentes, il a fallu réfléchir sur l’existant. « En 2009, nous avons réalisé un diagnostic d’accessibilité en nous inspirant largement de ce qui est demandé aux musées nationaux. »

REFERENCES


CHIFFRES CLES

  • Coût : 45 000 € d’achat et de fabrication de réplique d’œuvres.
  • Contact : Gwenaëlle Neveu, médiatrice culturelle, G.neveu@leschampslibres.fr


POUR ALLER PLUS LOIN