Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Protection de l'enfance

Prise en charge ASE des enfants de parents en situation irrégulière : qui doit payer ?

Publié le 06/01/2020 • Par Brigitte Menguy • dans : A la Une santé social

argent euros
©philippe Devanne - stock.adobe.com
Le député LR du Calvados, Sébastien Leclerc, a déposé le 6 novembre une proposition de loi "visant à maîtriser l’octroi de l’aide sociale à l’enfance aux familles en situation irrégulière". Le but ? Transférer à l’État le coût de la prise en charge de ces enfants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est un texte qui, aujourd’hui, n’est que proposition de loi déposée par le député Sébastien Leclerc et une vingtaine de ses collègues du groupe Les Républicains. Dans l’exposé des motifs, on comprend assez vite l’ambition des députés sur ce texte : « L’aide sociale à l’enfance [ASE, ndlr] est une compétence exclusive de la strate départementale, visant principalement à soutenir les enfants dont la sphère familiale s’avère être défaillante, que ce soit sur le plan financier, affectif, moral ou pénal. Par extension, face aux problématiques soulevées par la présence, sur le territoire national, de personnes en situation irrégulière, qu’il s’agisse d’immigration clandestine ou de volonté de transit vers un pays frontalier, les départements sont également sollicités pour apporter des aides matérielles à des enfants ou à leurs familles sous le seul prétexte de l’opportunité territoriale ».

En effet, il s’agit ici ni plus, ni moins, de transférer à l’État le coût de la prise en charge au titre de l’ASE des enfants de parents en situation irrégulière. Les députés justifiant ce transfert par la cause première de cette prise en charge, la politique migratoire, compétence exclusive de l’État : « les départements se retrouvent contraints d’assurer le financement de prestations sur une thématique, la politique migratoire, relevant exclusivement du pouvoir régalien ».

Cet argument, qui n’est pas sans rappeler celui utilisé à propos de la prise en charge des mineurs non accompagnés, interroge à nouveau sur la situation des départements forcés de verser ces prestations sans réelle capacité d’agir, ni même de mettre en œuvre des dispositifs préventifs, pour en limiter la dépense. Mais n’est-ce pas aussi la définition juridique d’un État unitaire, certes décentralisé, mais non fédéral ?

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prise en charge ASE des enfants de parents en situation irrégulière : qui doit payer ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement