Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Numérique

L’intelligence artificielle arrive dans l’administration

Publié le 21/06/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : France

sapin-noel-numerique-une
chrisre
Pour inciter à l'utilisation de l'intelligence artificielle dans l'administration, le gouvernement a lancé une expérimentation, dans le cadre du programme d'investissements d'avenir (PIA).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le gouvernement a lancé, jeudi 14 juin, une expérimentation pour l’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’administration, concrétisée par un appel à manifestation d’intérêt (AMI) « pour expérimenter l’IA dans les services publics ». Un programme d’amorçage pour développer le recours à l’intelligence artificielle pour la transformation des métiers et de l’action publique… A ce stade, elle ne concerne pas les services des collectivités territoriales.

Et pourtant. Deux exemples d’utilisation de l’intelligence artificielle ont été cités durant le lancement de cet appel à projets, et les deux impliquaient, plus ou moins directement les collectivités ! Ces dernières sont donc bien impactées par l’arrivée de l’IA.

Pour Henri Verdier, directeur interministériel du numérique et du système d’information de l’Etat français, cet AMI est avant tout le commencement « d’une bataille culturelle pour la propagation de l’intelligence artificielle dans l’administration ». Car pour lui, « la pointe actuelle du numérique, c’est l’intelligence artificielle. Les enjeux en termes de productivité et d’efficacité sont énormes. » Pour illustrer son propos, le patron de la Dinsic a présagé que « dans moins de dix ans, le fonctionnement des feux rouges sera optimisé pour diminuer la pollution de l’air grâce à l’intelligence artificielle ».

Le communiqué de presse, cosigné par la Dinsic et la DITP, va dans le même sens, en expliquant que l’objectif est d’initier un mouvement d’utilisation des différentes technologies qui composent l’IA « pour un meilleur service rendu aux usagers ».

La prévisibilité des interventions des sapeurs-pompiers

Pour démontrer l’utilité de l’utilisation de ces dispositifs, un projet en cours d’élaboration par une équipe d’entrepreneurs d’intérêt général a été mis en avant : Prévisecours. Un projet monté en partenariat avec les sapeurs-pompiers de l’Essonne, afin de pouvoir anticiper leurs interventions, et ainsi ajuster les effectifs dans le temps et dans l’espace afin d’éviter la saturation des capacités ou la mobilisation excessive.

Thiphaine Phe-Neau, data scientist, explique que pour le moment, les équipes s’attachent à récolter toutes les données nécessaires (données des interventions passées dans les casernes, données météorologiques, pyramides des âges, données de santé …). « Toutes ces données seront ensuite utilisées pour nourrir un logiciel capable d’auto-apprendre (par du machine learning). Celui-ci révélera des liens non-intuitifs, et permettra de prévoir précisément les interventions des sapeurs-pompiers, et donc d’apporter une meilleure réponse opérationnelle. »

Une aide à la décision publique

Prévisecours a pour objectif de diminuer le temps d’intervention, d’ajuster les effectifs, et éventuellement de créer de nouvelles casernes. Il devient ainsi une aide à la décision. Ce qui est bien l’objectif fixé par le secrétariat d’Etat au Numérique. L’intelligence artificielle doit devenir une aide à la décision publique.

Et cela devra rester une aide. La loi relative à la protection des données personnelles, qui sera très prochainement promulguée, légalise les décisions administratives relevant exclusivement de traitements automatisés.

Mais le Conseil constitutionnel, dans sa décision du 12 juin, précise que « le responsable du traitement doit s’assurer de la maîtrise du traitement algorithmique et de ses évolutions afin de pouvoir expliquer la manière dont le traitement a été mis en œuvre à son égard. Il en résulte que ne peuvent être utilisés, comme fondement exclusif d’une décision administrative individuelle, des algorithmes susceptibles de réviser eux-mêmes les règles qu’ils appliquent, sans le contrôle et la validation du responsable du traitement. »

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’intelligence artificielle arrive dans l’administration

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

24/06/2018 09h28

Comme ils ne brillent pas de ce coté là, ou qu’elle s’est arrêtée au siècle dernier, ne pourrait-on greffer cela aux cerveaux des sénateurs ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement