Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

finances locales

« L’instruction M14 ne mesure pas bien les impacts financiers des fusions et mutualisations »

Publié le 19/07/2018 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Charles Defontenay, directeur Finances du Grand Verdun.
Charles Defontenay, directeur Finances du Grand Verdun. Grand Verdun
Pour Charles Defontenay, directeur financier mutualisé de la ville de Verdun et de la communauté d'agglomération du Grand Verdun, en cas de fusions, l’instruction budgétaire et comptable M14 ne permet ni de bien traduire budgétairement la mutualisation ou de la comparer entre territoires, ni d’évaluer correctement les actifs immobilisés.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’instruction budgétaire et comptable M14 ne permettrait pas d’avoir une véritable lisibilité budgétaire dans le cadre d’une gestion mutualisée…

Oui, tandis que la mutualisation progresse partout (on a atteint au Grand Verdun un coefficient d’intégration fiscale de 0,88), poussée par les gouvernements depuis 20 ans et par les recommandations des chambres régionales des comptes, les procédures comptables actuelles ne sont pas adaptées à ce nouveau mode d’organisation.

Ainsi par exemple, le remboursement des dépenses de personnel est comptabilisé pour les budgets annexes et/ou généraux des communes par des comptes du chapitre 012 (charges de personnel) et génèrent pour l’EPCI des recettes sur le chapitre 70 (produits des services, du domaine et ventes diverses), et non sur le ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’instruction M14 ne mesure pas bien les impacts financiers des fusions et mutualisations »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement