Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Opinion] Handicap

Réforme de la prestation de compensation du handicap : et les autres ? – Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Unafam

Publié le 26/12/2019 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Le 5 novembre, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap (PCH). Fin de la barrière d'âge à 75 ans, plafonnement du reste à charge, droits à vie. Si l'Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) s'en réjouit, elle se désespère pour celles qui, du fait d'un handicap mental, cognitif, psychique, neurodéveloppemental ou neurodégénératif, restent les grandes exclues.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le nombre de personnes en situation de handicap psychique qui parviennent à accéder à la PCH est infime. Pour elles, la PCH aide humaine est reportée à l’ouverture d’un groupe de travail dont la date reste, à ce jour, indéterminée.

L’Unafam dénonce les difficultés relatives à la PCH pour ces personnes : difficultés liées à l’évaluation des besoins et des situations, critères d’éligibilité non adaptés au handicap psychique, calcul du temps d’intervention non adapté, durées d’attribution très courtes associées à un défaut de connaissance qui conduit à des non-recours.

Et pourtant, la PCH aide humaine est un levier fondamental du virage inclusif porté par le Gouvernement. Ne pas y accéder réduit très fortement les possibilités de choisir son lieu de vie.

La famille quand il y en a une assure ces aides, pour les autres le choix est trop souvent l’hôpital, la Belgique, la rue ou la prison.

Les conséquences sont aussi très lourdes pour les aidants : épuisement, difficulté à maintenir une activité professionnelle et une vie sociale, altération de leur propre santé.

Nous demandons à nos élus de garantir une égalité de traitement dans l’accès à la compensation pour toutes les personnes en situation de handicap qui ont des besoins d’aide humaine, d’un accompagnement global, d’une présence quotidienne, de stimulation dans les actes de la vie courante et de soutien dans la construction de leurs projets.

Il est temps d’élaborer une réforme ambitieuse.

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme de la prestation de compensation du handicap : et les autres ? – Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Unafam

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Louis GILLES

28/12/2019 11h38

Entièrement d’accord avec la Présidente de l’ UNAFAM
l’inclusion demande que la PCH soit accordée aux personnes handicapées psychique pour permettre lors d’habitat de pouvoir mutualiser la PCH et permettre qu’existe une véritable AIDE HUMAINE

Jean-Louis Parent

Catherine Bourgois

28/12/2019 12h09

La phrase : « … l’hôpital, la Belgique, la rue ou la prison » m’a fait sursauter.
Non, on ne peut pas tout mettre dans le même sac.
A la rigueur : « l’hôpital, la rue ou la prison, ou alors l’éloignement en Belgique » : car c’est l’éloignement qui pose problème, en Belgique, mais pas du tout la prise en charge, beaucoup plus réaliste et bienveillante que bien des établissements en France.

Annie

02/01/2020 05h13

Adhérente à l’Unafam depuis des années, aidante et curatrice d’un proche depuis 2008, date du décès de mon époux, les nouvelles dispositions du Ministère des Solidarités sont incomplètes et surtout en ce qui concernent les handicaps dits invisibles (psychique et psychiatrique).
Je compte sur toutes ces associations pour œuvrer auprès des autorités adéquats pour une meilleure prise en compte de ces personnes qui ne peuvent faire valoir leurs droits, elles mêmes.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement