Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la radicalisation

Djihadistes sortants de prison : l’inquiétude gagne les élus locaux

Publié le 18/06/2018 • Par Emilie Denètre • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Prison
Adobe Stock
La libération annoncée de près de 450 détenus radicalisés d’ici à la fin 2019 suscite beaucoup d’interrogations. Sur le terrain, les élus locaux s'inquiètent notamment du suivi de ces personnes mais aussi de la transmission des informations en provenance de la Justice.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« On court un risque majeur qui est celui de voir sortir de prison à l’issue de leur peine des gens qui ne seront pas du tout repentis, qui risquent même d’être encore plus endurcis compte tenu de leur séjour en prison » déclarait, il y a une quinzaine de jours le procureur de la République de Paris, François Molins, sur la chaîne BFM TV. Des propos qui ont fait naître une certaine inquiétude chez les élus locaux, notamment les maires, appelés à accueillir sur leurs territoires ceux que l’on appelle désormais « les sortants ».

Selon les informations données par le ministère de la Justice, environ 450 détenus « radicalisés » devraient en effet recouvrer la liberté d’ici 2019 étant arrivés à la fin de leurs peines de prison. Parmi ceux-ci , 40 environ ont été condamnés pour des faits en lien avec le terrorisme, les autres étant des détenus de droit commun présentant des signes de radicalisation.

Si les « sortants » étrangers seront expulsés, la grande majorité des « sortants » est appelée à rester sur le territoire national.

Le suivi « pas à pas »

Pour faire face, la Garde des Sceaux a donc annoncé la création d’une « cellule spécialisée de coordination » qui sera intégrée à l’Unité de ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Djihadistes sortants de prison : l’inquiétude gagne les élus locaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement