Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

L’évaluation des politiques publiques : une façon de décentrer la question financière

Publié le 01/06/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

Fotolia_90303760_XS2
Fotolia Robert Kneschke
Comme chaque vendredi, retrouvez l’édito du Club Finances. Cette semaine, retour sur les Entretiens de l’innovation territoriale organisés le 30 mai par la chaire Optima, qui ont permis de recadrer le rôle de la fonction finance dans la stratégie des exécutifs locaux. La problématique de la sobriété financière est autant une opportunité de réorganisation des services et des missions pour améliorer l’efficience des services publics qu’une ornière méthodologique quand il s’agit d’évaluer leur performance.

L’évaluation des politiques publiques, beaucoup s’en prévalent, mais qui la fait vraiment et dans quel but ? Hier encore à l’Assemblée nationale, le député Alain Péréa, député (LREM) de l’Aude, défendait l’assouplissement de la loi Littoral discuté dans le cadre du projet de loi logement Elan, au nom, entre autre de l’évaluation des politiques publiques.

Pas facile pourtant de faire le lien, si ce n’est en embrassant la plus large acception du terme – et encore – , défini par Jérôme Dupuis, maître de conférence en sciences de gestion à l’université de Lille, lors des Entretiens de l’innovation territoriale (EIT) de la chaire Optima mercredi 30 mai, comme « l’identification, l’analyse et la compréhension des écarts pouvant naître entre les intentions et les réalisations concrètes ».

Jugement de valeur, avec ou sans valeur…

Autrement dit, il s’agit pour une puissance publique de porter un « jugement de valeur » sur un service public donné. D’où la méprise fréquente entre évaluation objective, rigoureuse et distanciée d’un service pour en améliorer l’efficience, et jugement politique. La première est aride, complexe et pas toujours valorisante, le second est devenu un élément de langage commun dans un contexte financier de plus en plus contraint.

De fait, si on entend parler d’évaluation des politiques publiques un peu partout, elle n’est encore que balbutiante dans les faits. L’Afigese en sait quelque chose. Depuis quelques années, l’Association Finances, gestion et évaluation des collectivités territoriales ne peut décerner le prix de l’innovation financière dans la catégorie « Evaluation des politiques publiques », faute de candidats…

Gageure financière

En effet, pour les financiers, faire un jugement de valeur est une gageure. « Les chiffres ne peuvent pas tout dire », prévenait ainsi Hélène Berenguier, directrice adjointe du Fonds pour l’insertion des personnes en situation de handicap dans la fonction publique (FIPHFP) aux EIT. L’impact budgétaire par rapport à l’usage peut correspondre aux objectifs fixés, sans pour autant faire le tour du problème. « Il existe des spécificités de services, prévient la DG adjointe. Il y a par exemple une différence entre un chef de service qui utilise toute son enveloppe pour embaucher 6 % d’handicapés, comme le prévoient les textes, et un autre qui effectue la même dépense mais pour garder 6 % de personnes rendues handicapées par le travail effectué dans son service. Le ratio moyen consommés/résultats ne rend pas compte de tout ».

Des collectivités comme Saint-Paul-les-Dax (40) ou le département de la Seine-Saint-Denis (93), venus témoigner lors des EIT, ont ainsi intégré la fonction financière dans un processus plus vaste dépassant le simple objectif de sobriété financière : la ville thermale landaise a certes diminué ses charges à caractère général de 6 % et d’énergie de 5 %, mais a surtout pu certifier une vingtaine de services, améliorer la relation citoyenne, réduire son empreinte carbone, sa marge d’erreur dans les procédures métiers, etc.

Si les collectivités se lancent dans l’évaluation des politiques publiques, elles doivent donc surpasser les postures politiques qui engendrent des projets parfois sans objectifs et souvent sans réalisation, mais aussi décentrer la question financière pour en faire ce qu’elle doit être : un moyen et non une fin.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’évaluation des politiques publiques : une façon de décentrer la question financière

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement