Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Numérique

Le Conseil national du numérique est de retour

Publié le 31/05/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

mounir-mahjoubi
Fabien Calcavechia / La Gazette
Après que le conseil national du numérique a éclaté en plein vol en décembre dernier, Mounir Mahjoubi vient finalement de dévoiler la liste de ses nouveaux membres. Objectif : développer la réflexion autour de l’inclusion en ligne, nouvelle priorité du secrétaire d’Etat au numérique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il aura fallu un peu de patience. Après plus de six mois d’absence, le Conseil national du numérique sort finalement de sa léthargie.

Annoncé sur Twitter le 30 mai par le secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, lui-même ancien (et premier) président du CNNum, c’est Salwa Toko qui a été nommée présidente de cet organe chargé de conseiller le gouvernement sur les questions numériques.

Pour la fondatrice de l’association Becomtech (ex Wifi-filles) qui forme les collégiennes et lycéennes de Seine-Saint-Denis au numérique, la feuille de route est très claire.

« Nous affichons la priorité donnée à un numérique plus inclusif, qu’il s’agisse d’accroître la présence des femmes dans le secteur ou d’accompagner ceux qui ont du mal à se servir des outils numériques », détaille ainsi le cabinet dans l’Usine nouvelle, s’inscrivant logiquement dans la stratégie nationale pour un numérique inclusif, dévoilée le 28 mai dernier.

L’inclusion numérique, priorité numéro un du CNNum

Une ligne choisie volontairement pour montrer que la « Start up nation » qu’appelle de ses voeux Emmanuel Macron ne veut pas laisser de côté les Français qui peinent à trouver leur place dans la société numérique sur fond de dématérialisation des procédures administratives.

La route est donc droite mais la pente a été forte. Pour preuve, l’accouchement pour le moins difficile de cette nouvelle mouture du CNNum.

En décembre dernier, après plusieurs mois de vacance, le premier CNNum de la présidence d’Emmanuel Macron n’a en effet tenu qu’une semaine. La nomination de la journaliste et militante Rokhaya Diallo et du rappeur Axiom avait fait polémique, à tel point que le Secrétaire d’Etat au numérique était revenu sur leur nomination, poussant finalement la présidente, Marie Ekeland, tout juste nommée, à démissionner avec la quasi totalité des membres du conseil.

Des entrepreneurs aux spécialistes des collectivités

Alors que la nomination d’un nouveau conseil a été plusieurs fois retardée, certains craignaient qu’un nouveau CNNum ne voie finalement jamais le jour.« Nous avons pris le temps nécessaire pour que la situation s’apaise et pour explorer un large champ de candidatures, avec des profils atypiques. Cela nous a permis de composer un Conseil ouvert, représentatif de la société et des enjeux du numérique », se justifie ainsi le secrétariat d’Etat dans les colonnes de l’Usine nouvelle.

A regarder dans le détail la liste des 30 membres, respectant une stricte parité, la promesse de profils variés est tenue : des entrepreneurs comme Mohammed Boumediane, fondateur de Ziwit, une start-up spécialiste de la cyberdéfense ou Gaël Duval, le fondateur de Jechange.fr, des représentants de grandes entreprises comme Nathalie Collin, directrice générale en charge du numérique au groupe La Poste ou Maud Bailly, l’ancienne conseillère de Manuel Valls à Matignon, désormais chief digital officer d’AccorHotels,.

Les universitaires sont également bien représentés avec plusieurs figures très prestigieuses comme Yann Algan, le doyen de l’école des affaires publiques de Sciences-Po, spécialiste de l’action publique 3.0 et le professeur Henri Isaac, directeur du master “management télécom & médias” de l’université Paris-Dauphine et président du think tank Renaissance numérique. Une façon de prendre en compte certaines critiques qui jugeaient le conseil trop proche des entreprises.

La 5G sur tout le territoire au menu

Plusieurs spécialistes des collectivités, alors que le sujet de l’inclusion numérique devient de plus en plus essentielle pour elles, font également leur entrée au CNNum. Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la métropole de Lyon chargée de l’innovation, de la métropole intelligente, du développement numérique et de la mobilité numérique a ainsi été nommée. Elle est également présidente des Interconnectés, un réseau qui rassemble les territoires innovants. Cette dernière siégera aux côtés de Florette Eymenier, la présidente de Pop School, un organisme qui intervient régulièrement dans les collectivités pour former les agents aux métiers émergents du numérique.

Jérémie Boroy, ancien du cabinet de Marie-Arlette Carlotti et de Ségolène Neuville, ministre déléguée et secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, fait également partie de l’organe de réflexion. Il a contribué au suivi du comité interministériel du handicap avant de lancer son entreprise, Aditevent, qui accompagne les organisateurs d’évènement, et notamment les collectivités, pour rendre leurs manifestations accessibles à tous.

Si les grands sujets de débat sont encore en cours de réflexion, la 5G et notamment son déploiement sur tout le territoire, la fiscalité et la régulation, devraient déjà être au menu des réflexions avec une approche collaborative. « Nous voulons un CNNum en mode plateforme (…) avec un forum qui permettra à un grand nombre d’experts, proposés par les membres du conseil ou se manifestant d’eux-mêmes, d’apporter leur contribution », a indiqué le cabinet.

A charge aux collectivités d’interpeller ce nouvel outil.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Conseil national du numérique est de retour

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement